Rémunérations : égalité à la traîne

Les nouvelles formes d’emplois nous éloignent progressivement du principe « à travail égal, salaire égal ». Et pas uniquement entre les hommes et les femmes. Avec l’explosion des contrats à temps partiel, à durée déterminée et du travail précaire, il n’est plus rare de voir deux collègues effectuer le même travail pour un salaire différent. La seconde moitié du XXe et le début du XXIe siècle ont été traversés par un mouvement en faveur de l’égalité salariale, confirmé par la Convention no 100 de l’OIT sur l’égalité de rémunération. Cet accord international part du constat que la répartition inégale des métiers entre les sexes est due à une ségrégation hommes-femmes sur le marché du travail et que la « valeur marchande » des métiers traditionnellement féminins doit être rehaussée, sous peine de voir des professions désertées : métiers de la petite enfance, infirmiers et professionnels de la santé, personnels administratifs. Pour moi, ces métiers sont indispensables, alors faisons en sorte que les travailleuses y soient payées convenablement et mettons en avant leurs compétences et leurs responsabilités tellement sous-estimées. Égalité des rémunérations, MAINTENANT !

Daina Z Green, commentaire oecdinsights.org, « Equal pay for equal work », décembre 2014

©L'Observateur de l'OCDE n°302, Avril 2015




NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019