Chute libre

Sa ferme a besoin de plus de pluie. ©Reuters/David Gray

Aujourd’hui, il est communément admis que le changement climatique nuit aux réserves d’eau : il dérègle les saisons des pluies, fait fondre les glaciers et provoque des sécheresses dans des régions habituellement humides. 

Les décideurs font toutefois souvent l’erreur de penser que son effet sur les réserves d’eau sera progressif, alors que certains changements peuvent être soudains. Par exemple, des pluies plus faibles riment souvent avec une baisse vertigineuse du débit des cours d’eaux.

Une étude menée à Jarrahdale, dans l’ouest de l’Australie, montre qu’une diminution des précipitations de 14 % a entraîné une baisse du débit des cours d’eau de 48 %, et de 66 % pour une diminution de 20 %. Les prélèvements d’eau n’étant autorisés qu’à partir d’un certain débit de base, la baisse de la moyenne pluviométrique, bien que faible, a eu un impact disproportionné sur le volume d’eau utilisable.

OCDE (2015), Water Resources Allocation: Sharing Risks and Opportunities, Éditions OCDE

©L'Observateur de l'OCDE n°302, Avril 2015

Pour aller plus loin:

L'eau, un empire à préserver

Le défi de l'eau : la réponse de l'OCDE




NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019