Pour une vision plus large du progrès

La conviction que le PIB par habitant constitue le seul repère pertinent des performances économiques est peut-être l’une des grandes faiblesses de la pensée économique traditionnelle. Tout indique en effet que l’augmentation du PIB n’a guère d’impact sur le bonheur ou les perspectives de progrès individuel.

On peut s’étonner que les économistes semblent conquis par ce qui passe souvent pour une méthode peu sophistiquée de mesure du progrès. Se concentrer uniquement sur l’augmentation du PIB n’apprend pas grand-chose sur la qualité de la vie d’une population.

Cela ne nous dit rien de la distribution des revenus, des écarts entre riches et pauvres en matière de santé ou d’espérance de vie, de la mobilité sociale, de la viabilité environnementale, et rien ou presque de la qualité de vie. Mais surtout, cela ne nous dit pas si la plupart des citoyens ont les moyens de choisir une vie appréciable. 

Lire la suite




NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019