Israël : légère reprise

La récession est maintenant installée, en raison principalement d'une forte exposition au commerce international, mais elle est tempérée par des difficultés relativement modérées sur les marchés de capitaux nationaux et par l'absence de bulle spéculative des prix du logement.

Le secteur bancaire n'a pas connu de graves difficultés, du fait principalement qu'il est peu exposé aux actifs toxiques. La croissance ne redeviendra légèrement positive qu'à la fin de cette année.

Le nouveau gouvernement s'est engagé à limiter l'accroissement conjoncturel du déficit budgétaire. Il conviendrait, dans l'immédiat, de maintenir la règle de dépenses (quitte à l'améliorer par la suite), mais il faudrait réduire les ambitions de poursuite des allégements d'impôt sur le revenu. Avec la normalisation des conditions, les autorités monétaires devraient rétablir le système normal de fixation d'objectifs d'inflation en mettant fin à l'assouplissement quantitatif et aux interventions sur le marché des changes.

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles de L'Observateur de l'OCDE sur Israël

Voir aussi www.oecd.org/israel-fr

Vous pouvez commander les dernières Perspectives économiques sur www.oecd.org/librairie

©L'Observateur de l'OCDE, juillet 2009




NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019