Afrique du Sud : déficits importants

La crise mondiale a précipité l'Afrique du Sud dans la récession. La croissance sera probablement négative en 2009 avant de se redresser en 2010, lorsque les mesures de relance, la reprise mondiale et l'organisation de la Coupe du monde de football doperont l'activité.

L'écart de production aidera à faire baisser l'inflation, qui reviendra dans la fourchette d'objectif en 2010. Les déficits de balance courante pourraient se réduire un peu du fait d'une demande intérieure moins forte, mais ils resteront de taille, à moins d'un nouvel accès de faiblesse des entrées de capitaux, nécessitant des compressions d'importations encore plus importantes.

L'une des principales difficultés consistera à maintenir la confiance des marchés internationaux de capitaux, en raison des besoins de financement liés à un lourd déficit de balance courante. Il sera indispensable de s'en tenir à une politique budgétaire prudente, sans forcément exclure des mesures de relance supplémentaires si la demande continue de se replier. Le régime de ciblage de l'inflation devrait être maintenu en place car il étaie la crédibilité de l'action monétaire et a déjà fait preuve d'une flexibilité considérable. L'absence de réaction protectionniste à la crise est à saluer, et il faudrait que cela continue.

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles de L'Observateur de l'OCDE sur l'Afrique du Sud

Voir aussi www.oecd.org/afriquedusud

Vous pouvez commander les dernières Perspectives économiques sur www.oecd.org/librairie

©L'Observateur de l'OCDE, juillet 2009




NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019