ActionAid

Courrier des lecteurs
Les pays développés se sont rencontrés à Paris début mars pour décider du montant de leur contribution aux prêts préférentiels de la Banque mondiale pour les trois années à venir. Au même moment, plus de 60 ONG, dont ActionAid, ont lancé une campagne pour convaincre les membres de l’OCDE de saisir cette opportunité pour promouvoir des réformes fondamentales au sein de la Banque.

Nous demandons la fin de la pratique de conditionnalité à la politique économique – les prêts de la Banque conditionnés à des changements dans la politique économique du gouvernement concerné – et l’abandon progressif de l’important portefeuille de la Banque constitué de projets concernant le pétrole ou le charbon, au profit d’alternatives durables.Bien sûr, les membres de l’OCDE possèdent collectivement la grande majorité des parts de la Banque mondiale, et non les pays en développement que la Banque est censée aider.Nous espérons qu’ils utiliseront leur influence pour commencer à confier aux pays les rênes de leur propre développement, pour effectuer ces changements politiques et, plus tard dans l’année, pour soutenir les réformes fondamentales de la gouvernance du Fonds monétaire international et donner plus de pouvoir aux pays les plus pauvres les plus affectés par les activités du FMI. Les membres de l’OCDE relèveront-ils ce défi ?
Anne Jellema Directeur politiqueActionAid International Afrique du Sud Sarah GillamRelations medias internationauxLondresActionAid International L’Observateur de l’OCDE N° 260, mars 2007



NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019