Petite enfance : de l’importance des interactions avec les accueillants

« Les enfants ne sont pas très doués pour écouter leurs ainés, mais ils ne manquent jamais de les imiter », faisait jadis observer James Baldwin. Et de fait, les jeunes enfants puisent la plupart de leurs repères sociaux et éducatifs chez les adultes qui s’occupent d’eux, comme le montre une méta-analyse sans précédent de 44 études sur l’accueil des jeunes enfants publiée récemment par l’OCDE. Ces études confirment collectivement que la qualité des interactions avec les accueillants est le principal déterminant du développement des enfants dans les structures d’accueil.

Les enfants pour qui ces interactions sont positives affichent à l’âge de l’adolescence de meilleures compétences scolaires, et aussi parfois de meilleures compétences comportementales et sociales, que ceux pour qui elles sont moyennes ou négatives. Les interactions positives sont bienveillantes sur le plan affectif, stimulantes sur le plan éducatif et s’inscrivent dans le cadre de routines de groupe cohérentes et organisées. À l’inverse, les interactions négatives se caractérisent par la froideur et l’indifférence aux besoins du développement, et interviennent dans le cadre de routines de groupe incohérentes et chaotiques. C’est sur les tout-petits que des interactions positives ont le plus d’effet. Chez les très jeunes enfants, la sensibilité cérébrale culmine avant l’âge de trois ans. Les zones du cerveau qui contrôlent les émotions, les compétences sociales et le langage se développent alors à un rythme effréné, et c’est pourquoi l’existence d’interactions positives et cohérentes avec les accueillants dès le plus jeune âge est primordiale.  

Même si ces constatations peuvent paraître logiques, elles sont surprenantes dans un contexte où l’accent est largement mis sur des réformes plus structurelles dans le cadre des programmes d’accueil des jeunes enfants. Les rapports prônent un relèvement des critères en ce qui concerne la formation des accueillants, une réduction du nombre d’enfants dont s’occupe chacun d’eux et le choix de lieux plus sûrs pour l’implantation des structures d’accueil.

Si certaines réformes structurelles comme la réduction du nombre d’enfants par accueillant améliorent les résultats sur le plan du développement, elles le font en créant des conditions propices à des interactions positives entre accueillants et enfants. Des groupes restreints donnent lieu à des interactions interpersonnelles plus chaleureuses et permettent d’apporter aux enfants plus d’attention et de soutien affectif. En revanche, d’autres réformes souvent tenues pour bénéfiques n’améliorent pas les résultats. Par exemple, exiger des accueillants un diplôme obtenu en quatre ans plutôt qu’en deux n’améliore pas notablement leur aptitude à apporter un soutien affectif aux enfants. Les réformes devraient au contraire privilégier des initiatives comme les ateliers de formation organisés dans le cadre des programmes, qui renforcent indéniablement les interactions positives entre accueillants et enfants.

Référence

OCDE (2018), Engaging Young Children: Lessons from Research about Quality in Early Childhood Education and Care, Éditions OCDE, Paris, https://doi.org/10.1787/9789264085145-en




Données économiques

PIB -9.8% T3 2020
Échanges exp -17.7% ; imp -16,7% T2/T1 2020
Inflation annuelle 1,2% août 2020
Chômage 7,4% août 2020
Mise à jour: 13 octobre 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019