Qui fait vraiment les frais du protectionnisme ?

« Le commerce qui, sans être forcé ni contraint, s’établit naturellement et régulièrement entre deux places, est toujours avantageux », écrit Adam Smith dans La richesse des nations.

Au 21siècle, alors que le débat sur le protectionnisme économique bat son plein, cette réflexion est plus que jamais d’actualité. Mais qui sont les véritables gagnants et perdants de la mise en place de mesures protectionnistes ?

Les accords, comme ceux conclus entre la Suisse et l’Union européenne ou entre Singapour et l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), facilitent la coopération transfrontalière. En tant que tels, ils ont permis de réduire les délais d’attente des consommateurs, de simplifier les procédures internes dans les entreprises et de normaliser les documents commerciaux. En effet, les auteurs du rapport de l’OCDE intitulé Trade Facilitation and the Global Economy constatent que les barrières commerciales, telles que les droits de douane, réduisent considérablement la coopération internationale et nuisent aux pays en développement, aux petites entreprises et au quotidien des consommateurs.

Il est important de noter que le coût réel des droits de douane ne se limite pas au pourcentage affiché. Ainsi, les auteurs du rapport relèvent que plus les frontières à franchir pour que les biens parviennent à destination sont nombreuses, plus le coût réel des droits de douane augmente. Il en résulte une moindre efficacité des chaînes d’approvisionnement des entreprises et un allongement des délais de livraison pour des consommateurs habitués à une livraison gratuite en deux jours.

De plus, une augmentation des droits de douane hypothèque le bien-être futur et la hausse des revenus dans les pays en développement. La libéralisation des échanges accroît le bien-être des individus en rendant l’acte d’achat moins cher et plus rapide. Les ménages modestes vivant dans les pays qui adoptent des mesures de facilitation des échanges consomment plus souvent des produits de qualité, en outre moins chers, d’où un gain pour la qualité de vie des plus pauvres dans le monde.

Les pays développés profitent eux aussi de la facilitation des échanges. Selon le rapport, l’ouverture aux échanges incite les pays développés à tirer parti de leurs avantages comparatifs. En augmentant la production dans les secteurs où ils sont les plus forts, les pays développés voient le coût des facteurs de production baisser et optimisent l’affectation des ressources. Ils peuvent ainsi soutenir la concurrence internationale sans avoir à subventionner artificiellement certaines activités. En Amérique du Nord et en Europe, l’importance donnée aux avantages comparatifs devrait permettre d’augmenter la production dans les secteurs de services auparavant négligés.

Qui sont, alors, les grands gagnants de l’adoption de politiques protectionnistes ? Personne, ou presque. En fait, les acteurs à tous les échelons – des exportateurs et importateurs aux pays riches et pauvres et aux consommateurs sur le terrain – ont tout à gagner de la facilitation des échanges, à court terme comme à long terme.

OCDE (2018), Trade Facilitation and the Global Economy, Éditions OCDE, Paris, https://www.oecd-ilibrary.org/fr/trade/trade-facilitation-and-the-global-economy_9789264277571-en

©L’Observateur de l’OCDE, n° 314, T2 2018




Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019