Une électricité sur des charbons ardents

©Shutterstock

Le changement climatique semble s’accélérer : les quatre années écoulées depuis 2015 sont les plus chaudes jamais enregistrées. En 2015, on s’en souvient, 195 pays signaient l’Accord de Paris sur le changement climatique, en vue de maintenir durablement l’augmentation de la température mondiale moyenne à un niveau bien inférieur à 2 degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels. Mais cet objectif est aujourd’hui en péril : nous devons redoubler d’efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

L’un des domaines d’action est celui de la production d’électricité, à l’origine de quelque 40 % des émissions de GES du secteur de l’énergie, lequel est responsable d’environ 68 % du total mondial des émissions de GES. Le problème, c’est que l’électricité provient pour les deux-tiers de sources fossiles et que, selon un nouveau rapport de l’OCDE, les chantiers de construction de centrales déjà lancés ou planifiés à une échéance de cinq ans sont loin de suivre une trajectoire de décarbonation. Certes, la part des renouvelables est en augmentation. Mais celle du charbon aussi. Les pouvoirs publics peuvent et doivent faire plus pour inverser la tendance.

La puissance installée en exploitation dans le monde avoisine 6 300 gigawatts (GW), auxquels viendront bientôt s’ajouter les 1 200 GW des installations actuellement en construction (dont la mise en service est prévue d’ici cinq ans), dont 72 % en Chine, aux États-Unis et en Inde. Les chiffres montrent un essor rapide des moyens de production renouvelable : s’ils ne constituaient que 34 % de la puissance installée en 2017, ils représentent 62 % des centrales en construction (éoliennes et solaires, pour la plupart, sous l’impulsion prépondérante de la Chine). Au contraire, les centrales à charbon perdent du terrain, avec 31 % de la puissance installée, mais seulement 23 % de la puissance en construction.

Répartition de la production d’électricité

Puissance installée totale en exploitation et en construction d’ici 2022,
par technologie

Charbon    Gaz    Nucléaire    Pétrole    Renouvelables





Malgré ces signes encourageants pour la décarbonation du secteur de l’énergie, d’autres données indiquent que le charbon sera encore la principale source d’électricité en 2022. Pour s’accorder avec les scénarios énergétiques à l’horizon 2020-30 qui doivent conduire à la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris, la puissance installée totale des centrales à charbon devrait décroître de 2 % par an pendant dix ans à compter de 2020, au lieu de progresser de 3 % par an comme elle l’a fait au cours des dix années précédentes.

Dans le même temps, l’effort en faveur des énergies renouvelables, s’il va déjà dans le bon sens, doit être accéléré. Le solaire, par exemple, est largement déployé mais ne fournit encore que 1 % de l’électricité produite, nous disent les autrices du rapport.

La réalisation des objectifs de l’Accord de Paris sur le changement climatique exige des mutations dans le secteur de l’électricité. L’utilisation du charbon doit cesser rapidement, en particulier en Chine, aux États-Unis et en Inde, ce qui suppose de fermer les centrales à charbon existantes et d’interrompre la construction des nouvelles ; le déploiement des énergies renouvelables doit se généraliser ; et l’investissement dans la gestion de la demande doit augmenter. Les politiques publiques sont essentielles pour favoriser ces mutations. Mais, plus que cela, les États peuvent agir en tant qu’investisseurs, ne serait-ce qu’en poussant les entreprises publiques, qui contrôlent plus de la moitié de la puissance électrique installée ou en construction, à rediriger leur activité de production d’électricité vers des sources plus durables.

En conclusion, comme le dit ce rapport très documenté de l’OCDE, la décarbonation de l’électricité est le traitement de choc dont nous avons besoin pour faire face au changement climatique et retrouver un peu de fraîcheur, autrement dit make our planet cool again.

Références et lectures pour en savoir plus

Mirabile, Mariana et Jennifer Calder (2018), « Clean power for a cool planet: Electricity infrastructure plans and the Paris Agreement », OECD Environment Working Papers, n° 140, Éditions OCDE, Paris. Consultable en anglais à l’adresse : http://dx.doi.org/10.1787/2dc84376-en

Pour de plus amples informations sur l’Accord de Paris de 2015, voir https://unfccc.int/

©Observateur de l’OCDE n° 316, T4 2018




Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019