Lutter contre la corruption pour protéger les espèces sauvages

©Tous droits réservés

Le commerce illégal d’espèces sauvages est l'une des formes de commerce illicite les plus rentables au monde, une industrie internationale de plusieurs milliards de dollars dont le volume et le degré de sophistication ne font que croître. On estime que la valeur annuelle de ce commerce se situe entre 7 et 23 milliards USD, si bien qu'il constitue une partie lucrative d'une criminalité environnementale plus large qui se chiffre à plus de 175 milliards USD.

Le commerce illégal d’espèces sauvages à une telle échelle ne pourrait exister sans chaînes de corruption, à commencer par l'exploitation de communautés rurales pauvres dans les pays d'origine et de transit, et qui impliquent l’existence de complices au niveau national et international à tous les maillons de la chaîne logistique. D’où la difficulté de le mesurer et de le combattre.

Ce rapport présente les résultats détaillés de recherches menées en 2017 sur la corruption facilitant le commerce illégal d’espèces sauvages au Kenya, en Tanzanie, en Ouganda et en Zambie. Ces États participent tous à ce commerce en tant que pays d'origine et de transit pour des produits aussi variés que l'ivoire, les cornes de rhinocéros, les écailles de pangolin et les dents d'hippopotame.

Des faiblesses au niveau des institutions et de la gouvernance, telles que des lacunes dans la définition des responsabilités et des compétences, permettent aux réseaux criminels de soudoyer des agents publics et d’autres responsables, afin qu'ils ferment les yeux, fournissent des informations confidentielles ou abusent de leur position. L’absence de mesures répressives et d'enquêtes aggrave le problème. Pour que la lutte contre le commerce illégal d’espèces sauvages ait une chance de réussir, il faut s’attaquer frontalement à la corruption. Cela suppose que les organismes donateurs, autorités d’application de la loi, organisations internationales et ONG collaborent avec les autorités en charge de la gestion des espèces sauvages.

Cela suppose également de clarifier le statut flou de nombreuses espèces sauvages, ainsi que le statut juridique complexe des produits qui en sont issus. Un registre électronique ou une base de données universelle recensant les permis pourrait aussi être utile.

OCDE (2018), Strengthening Governance and Reducing Corruption Risks to Tackle Illegal Wildlife Trade: Lessons from East and Southern Africa, Éditions OCDE, Paris. https://doi.org/10.1787/9789264306509-en.

©L’Observateur de l’OCDE 2019




Données économiques

PIB -9.8% T3 2020
Échanges exp -17.7% ; imp -16,7% T2/T1 2020
Inflation annuelle 1,2% août 2020
Chômage 7,4% août 2020
Mise à jour: 13 octobre 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019