Incertitudes climatiques

Avec le réchauffement climatique, les épisodes météorologiques extrêmes sont presque devenus la norme un peu partout dans le monde. Si les perturbations qu’ils provoquent dans les transports peuvent offrir à certains des jours de congé bienvenus, les conditions extrêmes et la hausse du niveau des mers peuvent endommager nos infrastructures. La chaleur expose ces dernières à un risque d’incendie accru, orages et précipitations sont susceptibles de dégrader les actifs physiques, et la hausse du niveau des mers menace les zones de basse altitude. Il faut changer nos systèmes actuels. Le rapport Adapting Transport to Climate Change and Extreme Weather: Implications for Infrastructure Owners and Network Managers est une mine d’informations qui explique pourquoi, et comment y parvenir.

Depuis 1980, le préjudice causé par les épisodes météorologiques extrêmes n’a cessé d’augmenter. Les systèmes de transport en commun ne sont pas les seuls à pâtir du changement climatique. Les températures anormalement élevées provoquent une dilatation excessive des ponts, les vents violents retardent les avions, les inondations entraînent des coulées de boue et ravinent les routes et les voies ferrées. Selon une récente évaluation, les conditions météorologiques extrêmes ont fait supporter un coût de 2.5 milliards d’euros par an aux systèmes de transport en Europe entre 1998 et 2010. Cette estimation comprend les dégâts occasionnés, les réparations, l’entretien et les coûts d’exploitation des systèmes.

Les répercussions financières sont considérables, mais il est presque impossible d’analyser le rapport coût-bénéfices de l’adaptation des systèmes de transports, tant les incertitudes liées aux effets du changement climatique sont nombreuses. Nous devons, en revanche, mesurer des critères tels que la robustesse de nos systèmes afin de déterminer comment adapter nos infrastructures de transports au risque de conditions extrêmes. Il est possible de recourir à l’analyse par les options réelles, un outil d’évaluation qui nous aide à décider s’il est judicieux d’acquérir ou de moderniser des biens d’équipements, quand construire de nouveaux systèmes et comment moderniser les systèmes existants.

Faute de pouvoir prévoir avec précision l’évolution du climat après 2050, il est primordial de se préparer à cette période d’incertitude. Nous devons trouver des outils et des moyens nouveaux de réévaluer nos systèmes. Et surtout, il faut agir vite.

FIT (2016), Adapting Transport to Climate Change and Extreme Weather: Implications for Infrastructure Owners and Network Managers, Éditions OCDE, Paris, https://www.oecd-ilibrary.org/transport/adapting-transport-to-climate-change-and-extreme-weather_9789282108079-en




Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019