La fin du 9 h-18 h

©Droits réservés

« Workin' 9 to 5; What a way to make a living » (Travailler de 9 h à 18 h : quelle belle façon de gagner sa vie), chantait Dolly Parton dans son titre à succès. Nous sommes en 1980 et le personnage qu’incarne Dolly Parton dans le film Comment se débarrasser de son patron fait figure de pionnier en expérimentant de nombreuses mesures emblématiques du monde du travail de demain, comme l’aménagement flexible du temps de travail ou le temps partagé. Certaines de ces mesures sont, depuis, devenus monnaie courante dans quelques pays et secteurs. Et, comme le montre le rapport de l’OCDE intitulé The Future of Social Protection: What Works for Non-standard Workers?, elles exercent une influence sur les politiques de protection sociale.

La plupart des systèmes de protection sociale ont été conçus en s’appuyant sur le modèle de l’emploi à temps plein, de 9 h à 18 h. Mais l’essor de l’économie du « travail à la tâche » par l’intermédiaire des plateformes en ligne met en lumière les défaillances de ces systèmes en termes de couverture. En moyenne, dans l’OCDE, 16 % de l’ensemble des travailleurs sont des indépendants et 13 % de tous les salariés ont un contrat de travail temporaire. Nombre d’entre eux perçoivent un faible salaire et connaissent de fréquents épisodes de chômage. En toute logique, leurs perspectives de retraite ne sont guère réjouissantes non plus. Les pouvoirs publics l’ont compris et ont engagé des réformes afin d’améliorer la situation de ces travailleurs.

Prenons l’exemple de l’Italie, où les travailleurs indépendants dépendant économiquement d’un seul ou de quelques rares clients et désignés par le terme de « travailleurs parasubordonnés » représentaient près de 16 % des nouveaux travailleurs en 2008. Dans les faits, ces indépendants sont « salariés » mais ils ne bénéficient ni du même contrat ni des mêmes avantages que les autres. Pourtant, ils sont nombreux à occuper ces emplois plusieurs années durant. En moyenne, les travailleurs parasubordonnés italiens sont qualifiés : 47 % d’entre eux ont suivi des études supérieures. Grâce à des réformes publiques, le nombre de ces travailleurs diminue depuis 2008. La stratégie suivie par les pouvoirs publics prévoyait notamment l’augmentation progressive des taux de cotisation, la suppression de certains types d’accords contractuels et la réduction des avantages qu’offre le travail parasubordonné aux employeurs.

Dans le nouveau monde du travail, des politiques comme celles-ci peuvent contribuer à améliorer la qualité de vie des travailleurs, y compris de ceux qui sortent du schéma « 9 h-18 h » traditionnel.

OCDE (2018), The Future of Social Protection: What Works for Non-standard Workers?, Éditions OCDE, Paris, https://doi.org/10.1787/9789264306943-en

©L’Observateur de l’OCDE, n°316, T4 2018




Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019