Au Bangladesh comme ailleurs, les pays de l’OCDE doivent agir pour sauver des vies dans l’industrie textile

©Suvra Kanti Das/ZUMA-REA

Le 24 avril 2013, le monde a brutalement pris conscience de la réalité des conditions de travail dans l’industrie textile au Bangladesh, lorsque l’atelier de vêtements du Rana Plaza qui approvisionnait des marques occidentales s’est effondré, causant plus d’un millier de morts et de deux mille blessés.

Une ligne rouge avait été franchie. Partout dans le monde, les consommateurs ont commencé à se demander qui fabriquait leurs vêtements, et dans quelles conditions. Après avoir ignoré tous les avertissements, les marques internationales de vêtements ne pouvaient plus fermer les yeux sur la dangerosité des conditions de travail dans les usines de leurs fournisseurs. L’imposture des contrôles de sécurité réalisés par les marques est apparue au grand jour.

Les organisations syndicales mondiales IndustriALL et UNI ont saisi cette occasion pour élaborer l’Accord du Bangladesh sur la prévention des incendies et la sécurité des bâtiments, qui constitue un instrument sans précédent, juridiquement contraignant et indépendant, les syndicats et les marques. Objectif : que plus aucun travailleur n’ait à redouter un incendie, l’effondrement d’un bâtiment ou d’autres accidents évitables grâce à des mesures d’hygiène et de sécurité adéquates. Cela signifiait que les marques devaient assurer la sécurité des usines de leurs fournisseurs et en supporter la charge financière.

Depuis, des ingénieurs spécialistes de la prévention des incendies et de la sécurité des bâtiments travaillant pour l’Accord du Bangladesh ont contrôlé plus de 1 600 ateliers de confection pour le compte de plus de 200 marques et distributeurs. Les inspections initiales ont mis en évidence 118 500 risques électriques, structurels et d’incendie, auxquels il a été remédié dans 84 % des cas. L’équipe de formateurs a organisé 2 838 séances de formation des comités de sécurité réunissant des travailleurs de plus de 1 000 ateliers.

L’Accord du Bangladesh est efficace. Deux marques internationales qui n’avaient pas honoré leurs engagements juridiques ont été traduites devant la Cour permanente d’arbitrage de la Haye, et condamnées à payer des millions de dollars de réparation, dollars utilisés pour remédier aux menaces mortelles dans les ateliers des fournisseurs. Et 300 000 USD supplémentaires ont été versés à un fonds de soutien aux efforts déployés par IndustriALL et UNI pour améliorer les salaires et les conditions de travail des ouvriers des chaînes d’approvisionnement mondiales.

Cinq ans plus tard, l’Accord du Bangladesh est un modèle pour les relations entre employeurs et salariés, et montre que les marques et les syndicats peuvent œuvrer ensemble à résoudre des problèmes systémiques. Le secteur bangladeshi du prêt-à-porter est indubitablement plus sûr, et des vies ont été sauvées.

Toutefois, tous les objectifs de l’Accord, qui a expiré fin mai 2018, ne sont pas atteints. Trop de risques mortels persistent dans les ateliers des fournisseurs, raison pour laquelle plus de 180 marques ont signé le nouvel Accord de transition de 2018, qui couvre déjà près de 2 millions de travailleurs de l’industrie textile au Bangladesh, principalement des femmes.

Le champ d’application de l’Accord de 2018 englobe le linge de maison et la chaussure et, surtout, il donne plus de pouvoir aux travailleurs. Il est conforme au Guide OCDE sur le devoir de diligence pour des chaînes d’approvisionnement responsables dans le secteur de l’habillement et de la chaussure, car il reconnaît que les travailleurs n’occupent pas une place périphérique dans le processus de diligence, mais centrale. Il souligne l’importance de la liberté d’association pour permettre aux travailleurs de faire entendre leur voix lorsqu’il s’agit de protéger leur propre sécurité. Il prévoit également d’établir un protocole régissant la formation et les plaintes afin de veiller à ce que ce droit soit respecté.

Sans droits du travail, les avancées réalisées en matière de santé et de sécurité ne seront pas durables. Au Bangladesh, violences et discrimination continuent de viser les syndicats, empêchant souvent les travailleurs de s’organiser et d’engager des négociations collectives.

Les pays de l’OCDE doivent intervenir pour condamner les agressions subies par les travailleurs et les syndicats au Bangladesh. Ils se sont engagés à défendre les droits fondamentaux au travail et à adhérer aux directives obligeant les entreprises multinationales à assumer la responsabilité à l’égard des travailleurs qui font partie de leurs chaînes d’approvisionnement mondiales. Cela implique aussi de se rapprocher des syndicats au niveau national ou sectoriel afin d’obtenir des salaires qui, à tout le moins, permettent aux travailleurs et à leurs familles de subvenir à leurs besoins élémentaires.

L’UE, premier partenaire commercial du Bangladesh, a également un rôle important à jouer. Le Bangladesh bénéficie de droits de douane préférentiels en vertu du Système généralisé de préférences de l’UE. En retour, le Bangladesh est censé mettre en application les droits humains fondamentaux des Nations Unies et les principales conventions de l’Organisation internationale du travail. Il en est encore loin, alors même que toutes les occasions lui sont données pour régler le problème. Les pays de l’OCDE, dont beaucoup sont aussi membres de l’UE, ne peuvent pas fermer les yeux sur ces violations. Ils doivent se faire entendre.

L’Accord du Bangladesh restera en vigueur jusqu’en 2021, ou jusqu’à ce que le gouvernement bangladeshi soit prêt à le reprendre à son compte.

Nous avons les outils pour améliorer la situation dans l’industrie textile. Nous devons les utiliser. Les pressions de l’opinion publique pour améliorer les conditions de travail des ouvriers du textile n’ont jamais été aussi fortes, et le temps est venu d’agir pour le changement. La vie des ouvriers de l’industrie textile au Bangladesh et dans de nombreux autres pays en dépend.

Références et lectures complémentaires

Pour plus d’informations sur l’Accord, voir http://bangladeshaccord.org/

OCDE (2018), Guide OCDE sur le devoir de diligence pour des chaînes d’approvisionnement responsables dans le secteur de l’habillement et de la chaussure, Éditions OCDE, Paris, https://doi.org/10.1787/9789264290648-fr.

©OCDE Observateur n°314, T2 2018




Données économiques

PIB +0.6% T1 2019
Échanges exp +0.4% ; imp -1.2% T1 2019
Inflation annuelle 2.3% mar 2019
Chômage 5.3% mar 2019
Mise à jour: 28 mai 2019

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Regarder la conférence de presse finale de la réunion ministérielle de l'OCDE 2018.
  • Coopération internationale, croissance inclusive et transformation digitale sont les thèmes clés du Forum de l’OCDE, les 29 et 30 mai, sous la bannière « Ce qui nous rapproche ». La Réunion du Conseil au niveau des Ministres se tiendra les 30 et 31 mai : présidée cette année par la France, elle explorera notamment la question du multilatéralisme.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019