Votre emploi sera-t-il automatisé ?

L’automatisation des emplois est souvent perçue comme l’un des principaux défis de la révolution numérique, et comme une source d’incertitude et d’insécurité pour de nombreux actifs aujourd’hui. L’automatisation des tâches répétitives a déjà provoqué une contraction de l’emploi moyennement qualifié, ainsi qu’une polarisation aux deux extrémités de l’échelle de rémunération, associée à un creusement des inégalités. Dans certains cas, la numérisation a réduit la demande de main-d’œuvre peu qualifiée, et tellement accru les besoins en personnel hautement qualifié qu’ils ne peuvent être toujours satisfaits. Des salaires plus élevés pour quelques-uns, le chômage pour les autres, voilà le risque. 

Tous les pays ne sont pas égaux face à cette situation. Actuellement, dans l’OCDE, la moyenne de la part d’emplois susceptibles d’être automatisés (dont 50 % des tâches au moins sont automatisables) s’élève à 34,3 % ; celle des emplois considérés comme très menacés (au moins 70 % de tâches automatisables), à 9 %. Ces proportions sont toutefois plus importantes dans certains pays : en République slovaque, 45,9 % des emplois sont exposés à l’automatisation, dont 11 % plus directement, contre 24,4 % et 6 %, respectivement, en Corée.

Le degré d’exposition au risque ne semble pas être en corrélation directe avec le niveau de développement , comme le montre le graphique.

La transformation numérique est aussi une chance, et l’OCDE insiste sur le fait que les politiques publiques nationales doivent absolument s’attacher à préparer les populations au changement. Face au bouleversement inéluctable du marché du travail, il faut réagir tôt et de manière globale, en alliant protection et adaptation, et miser sur la formation tout au long de la vie pour que les travailleurs de tous âges puissent s’adapter à l’évolution de leur environnement.

OCDE (2017), Études économiques de l’OCDE : Nouvelle-Zélande 2017, Éditions OCDE, Paris. http://dx.doi.org/10.1787/eco_surveys-nzl-2017-en

©L'Observateur de l'OCDE n°310 T2 2017

à lire aussi sur: automatisation, emploi



Données économiques

PIB -9.8% T3 2020
Échanges exp -17.7% ; imp -16,7% T2/T1 2020
Inflation annuelle 1,2% août 2020
Chômage 7,4% août 2020
Mise à jour: 5 novembre 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abonnez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019