Une approche centrée sur les patients s’impose

Secrétaire générale, COCIR, et Présidente du Comité de la santé du BIAC

©Droits réservés

L’évolution de la démographie, de l’épidémiologie et des modes de vie implique de nouveaux défis pour les systèmes de santé. Selon l’OCDE, la part des plus de 65 ans dans la population devrait avoisiner 30 % d’ici 2060. Compte tenu des contraintes budgétaires, les systèmes de santé peinent à faire face au vieillissement de la population et au fardeau croissant des maladies chroniques et de leurs comorbidités.

Le recentrage des systèmes de santé sur les patients est limité par le cloisonnement entre services hospitaliers, primaires, de proximité et d’aide sociale. Le partage des informations entre les prestataires de services de santé ne fonctionne pas correctement, obligeant les patients à assurer eux-mêmes la coordination et à communiquer leurs besoins et antécédents médicaux complexes à différents intervenants. Par ailleurs, la comparaison objective de la valeur des différentes interventions de santé est difficile à réaliser en l’absence de collectes de données régulières et harmonisées.

La transformation des mécanismes de fourniture en une approche centrée sur la personne permettrait des soins de meilleure qualité, plus sûrs et plus efficients Pour que les réformes de la santé soient axées sur les patients, les pouvoirs publics pourraient : soutenir le financement pluriannuel, la mobilisation des parties prenantes et les programmes de sensibilisation en vue de surmonter les obstacles concernant l’organisation des soins, le financement, la technologie, la réglementation et la gouvernance ; favoriser la collaboration entre parties prenantes pour les parcours de soins partagés, la gestion des maladies et l’amélioration des connaissances en matière de santé ; fournir une impulsion politique et élaborer des plans d’action nationaux et régionaux à l’appui de systèmes de soins intégrés mieux adaptés aux besoins individuels.

Le secteur privé a exposé ces recommandations ainsi que d’autres dans un document d’orientation. Nous encourageons les responsables des politiques de santé à s’intéresser à l’innovation, à la nutrition, aux modes de vie et à l’investissement liés aux politiques de santé. À l’occasion de notre rencontre avec les ministres de la Santé en janvier à Paris, nous sommes impatients de renforcer notre collaboration.

Pour plus d’information sur le travail du BIAC, contacter Ali Karami Ruiz, Business at OECD (BIAC) : KARAMIRUIZ@biac.org

http://biac.org/

Référence

OCDE (2016), Health at a Glance : Europe 2016, Éditions OCDE

©L'Observateur de l'OCDE n°309 T1 2017




Données économiques

PIB -9.8% T3 2020
Échanges exp -17.7% ; imp -16,7% T2/T1 2020
Inflation annuelle 1,2% août 2020
Chômage 7,4% août 2020
Mise à jour: 5 novembre 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abonnez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019