Le financement de la démocratie

© Klaus Ohlenschlaeger / Alamy Stock Photo

Être candidat à une élection est aussi méritoire que coûteux, et les campagnes électorales sont de plus en plus dépendantes des financements. Quel en est le prix pour le système politique ? Quels risques le financement des partis politiques et des campagnes représente-t-il pour la démocratie ? La réglementation peut-elle agir sur ces risques et préserver les intérêts de tous les citoyens, et pas uniquement des plus aisés ? Le financement de la démocratie expose ces questions fondamentales et quelque peu taboues.

Nécessaire au processus démocratique – il exprime le soutien politique et favorise la concurrence – le financement peut également être utilisé par des intérêts puissants pour influer sur les politiques et les individus. Ainsi, des représentants élus ont pu attribuer des marchés publics à des entreprises ayant financé leur campagne. Les secteurs à fortes dépenses qui nécessitent des investissements durables, comme l’infrastructure et l’aménagement urbain, sont particulièrement vulnérables à ce risque d’emprise politique, une situation qui peut entraîner l’instauration de politiques non conformes à l’intérêt général, et saper la confiance que le public accorde à l’État.

Le financement de la démocratie signale les failles des réglementations existantes. De nombreux pays rencontrent notamment des difficultés pour définir et encadrer les campagnes menées par des tiers, soit des organisations ou des individus qui ne sont pas des partis politiques ou des candidats – organisations humanitaires, groupes confessionnels, entreprises ou personnes privées. Seuls quelques pays ont réglementé ce domaine. La mondialisation complique la situation : un nombre croissant d’entreprises étrangères avec des intérêts économiques nationaux peuvent influer sur les élections, ce qui renforce l’importance d’une divulgation obligatoire de l’identité des donateurs. La moitié des pays de l’OCDE, dont la France, la Corée et le Mexique, interdisent les dons anonymes aux partis politiques ; 38 % les proscrivent à partir d’un certain seuil.

Seuls 16 pays de l’OCDE plafonnent les dépenses de campagne des partis comme des candidats. Ces plafonds peuvent empêcher une course aux financements et contribuer à plus d’égalité des chances entre les candidats.

Selon le rapport, les institutions chargées de faire appliquer la réglementation sur le financement de la vie politique doivent être investies d’un mandat clair, d’un pouvoir conféré par la loi et de la capacité à imposer des sanctions. D’autres mesures devraient également être envisagées par les pays : concevoir des sanctions proportionnées et dissuasives en cas d’infractions à la réglementation, trouver un juste équilibre entre financements publics et privés, étendre l’obligation de divulgation et abaisser les seuils, tout en tenant compte des préoccupations de confidentialité des donateurs. Neïla Bachene

OCDE (2016), Le financement de la démocratie : Financement des partis politiques et des campagnes électorales et risque de capture de l’action publique, Examens de l’OCDE sur la gouvernance publique, Éditions OCDE, http://www.oecd-ilibrary.org/governance/le-financement-de-la-democratie_9789264263994-fr

©L'Observateur de l'OCDE n°306 T2 2016




Données économiques

PIB +0.5% T2 2019
Échanges exp -1.9% ; imp -0.9% T2 2019
Inflation annuelle 1.6% septembre 2019
Chômage 5.1% août 2019
Mise à jour: 6 novembre 2019

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019