L’engrenage

En 1994, sur un marché au Ghana, un simple désaccord oppose deux personnes sur le prix de la pintade. La situation s’envenime, l’un des protagonistes décède dans de violentes circonstances et l’événement déclenche des affrontements meurtriers qui dégénèrent en spirale de la vengeance, événements depuis connus sous le nom de « guerre de la pintade ». Plus de 400 villages sont brûlés et 15 000 personnes sont tuées avant le rétablissement de l’ordre par l’armée ghanéenne. 

L’Afrique de l’Ouest est une région immense caractérisée par une grande diversité géographique et culturelle. Malheureusement, elle a longtemps été synonyme d’instabilité et de violents conflits. La publication Conflits liés aux ressources et terrorismes : Deux facettes de l’insécurité, publié par le Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, s’intéresse aux causes profondes de la myriade de conflits qui ont miné, et continuent de miner, cette grande région d’Afrique. Fait intéressant, rien ne permet d’affirmer que la rareté de certaines ressources est l’une de ces causes. De même, s’il est vrai que l’insécurité alimentaire, les migrations, la croissance démographique et le changement climatique posent d’importants problèmes, ils n’ont pas d’incidence sur le nombre de conflits dans la région.

Alors comment naissent les conflits en Afrique de l’Ouest ? La guerre de la pintade constitue un exemple intéressant. Cet événement trouve sa source dans un processus complexe fait de rivalités tribales et territoriales ancestrales, de colonialisme, de quête de formes de gouvernance plus modernes et de libéralisation économique. De fait, il semble que dans la région, la plupart des guerres résultent d’une conjonction compliquée de facteurs, actuels et hérités du passé, dont il est difficile de désigner le plus influent ou décisif. Les faiblesses des politiques et de l’administration judiciaire apparaissent cependant comme les principaux facteurs de risque. Le maintien de la paix est un enjeu régional capital auquel la vigilance des pouvoirs publics, la réforme foncière et les politiques en faveur de l’emploi peuvent apporter une contribution positive.

Conflits liés aux ressources et terrorismes : Deux facettes de l’insécurité
ISBN 9789264190276 (papier)
9789264190283 (PDF)  

Voir aussi: www.oecd.org/fr/afrique/

© L’Observateur de l’OCDE n° 296 T3 2013




Données économiques

PIB -9.8% T3 2020
Échanges exp -17.7% ; imp -16,7% T2/T1 2020
Inflation annuelle 1,2% août 2020
Chômage 7,4% août 2020
Mise à jour: 5 novembre 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abonnez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019