L’air de la ville

Cliquer pour agrandir

Si vous lisez ces lignes dans une grande ville, l’air que vous respirez n’est sans doute pas très bon pour vos poumons. Tandis que plus de 50 % de la population mondiale vit aujourd’hui en zone urbaine, seulement 2 % de la population urbaine mondiale respire une concentration acceptable de particules en suspension, ou PM (de l’anglais particulate matter), qui peuvent être source de maladies respiratoires, de cancers et de mort prématurée.

Les enfants, les personnes âgées et les personnes souffrant de troubles pulmonaires comme l’asthme ou les maladies pulmonaires chroniques sont particulièrement sensibles aux effets néfastes des particules en suspension.

Que peuvent les pouvoirs publics ? De nombreux pays ont mis en place des réglementations et des dispositifs économiques tels que des mécanismes fiscaux et des systèmes d’échanges de permis d’émissions. Plusieurs pays ont également lancé des programmes de volontariat visant à renouveler les fours et systèmes de chauffage, ainsi qu’à mettre à l’écart les vieux véhicules, particulièrement polluants.

Néanmoins, selon le scénario de référence des Perspectives de l’environnement de l’OCDE, le nombre de morts prématurées dues à une exposition aux PM10 et aux PM2.5, deux types de particules en suspension particulièrement nocives, devrait passer d’un peu plus d’un million en 2000 à plus de 3,5 millions en 2050.

Cette hausse concernera surtout les grandes économies émergentes comme le Brésil, la Chine et l’Inde. Dans l’ensemble, les concentrations moyennes dans toutes les régions dépassent déjà les plafonds recommandés par les Lignes directrices de l’OMS sur la qualité de l’air, ce qui devrait perdurer en 2050. En outre, la croissance démographique urbaine signifie que les personnes vivant dans des villes aux concentrations supérieures au plafond de l’OMS, de 0,7 μg/m3, seront encore plus nombreuses en 2050, malgré l’amélioration prévue de la qualité de l’air.

Voir www.oecd.org/environnement/perspectives2050

Voir aussi les travaux de l'OCDE sur la biosécurité

©L’Observateur de l’OCDE n° 290-291, T1-T2 2012




Données économiques

PIB -9.8% T3 2020
Échanges exp -17.7% ; imp -16,7% T2/T1 2020
Inflation annuelle 1,2% août 2020
Chômage 7,4% août 2020
Mise à jour: 5 novembre 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abonnez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019