J'arrête Facebook

J’ai décidé il n’y a pas fort longtemps d’arrêter de me connecter sur Facebook. J’ai désactivé mon compte, sans le supprimer pour autant. Quelquefois, j’ai encore envie d’y retourner, parce que je suis accro au nombre de notifications que j’ai pu avoir, aux commentaires d’amis sur mes photos de profil ou bien aux messages laissés dans ma boîte de réception ou sur mon mur. En bref, je suis complétement obsédée par ce que l’on me dit ou ce que l’on dit de moi.

Cela fait bientôt une semaine que j’ai quitté cet espèce de réseau social transformateur, faisant de vous un pseudo-friend addict, un mutant drogué de notifications, de « j’aime » et de « com’s ». N’est-ce pas là ce que l’on devient vraiment, du moins la plupart des jeunes comme moi ? Une quarantaine de « j’aime » ne me suffisait pas, j’en voulais toujours plus et j’étais carrément jalouse des « amis » qui en collectaient davantage.

Peut-être qu’avec le temps, je finirai par le supprimer, ce compte de 500 et quelques faux amis, dont je ne connais pas les trois quart, d’ailleurs !

Pour l’instant, il est clair que j’ai encore trop peur, puisqu’il est simplement désactivé. C’est drôle de se dire que l’on a peur de supprimer son compte. Pourtant c’est bien là ce que je ressens. Comme si Facebook était un lien avec toutes ces personnes que je côtoie ou non, à qui je voudrais ressembler, parler… C’est comme si j’allais détruire un lien invisible : ils ont facebook, ils sont cools, classe, branchés... C’est aberrant, ridicule et complètement abruti ! C’est comme la cigarette : juste pour faire comme tout le monde.

Philippakis

©L’Observateur de l’OCDE n°285, T2 2011




Données économiques

PIB -9.8% T3 2020
Échanges exp -17.7% ; imp -16,7% T2/T1 2020
Inflation annuelle 1,2% août 2020
Chômage 7,4% août 2020
Mise à jour: 5 novembre 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abonnez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019