Les gains de l'assainissement

Dans le précédent numéro de L’Observateur de l’OCDE, nous avons montré comment le fait d’investir dans une cuisine au gaz pouvait sauver des vies. Or, selon un nouveau rapport de l’OCDE intitulé Bénéfices liés aux investissements dans l’eau et l’assainissement, de simples toilettes peuvent aussi être un moyen d’accéder à la santé et à la dignité, de même qu’une source de bien-être économique. Nous avons tous une idée des bénéfices sanitaires : l’amélioration de l’accès à l’eau salubre et à l’assainissement pourrait sauver la vie de 30 % des enfants de moins de 5 ans dans les pays en développement, en réduisant l’occurence de maladies diarrhéiques telles que le choléra, la typhoïde et la dysenterie.

Mais songez au temps et à la quantité d’eau nécessaires à vos ablutions matinales – douche, brossage de dents, toilettes, petit-déjeuner, vaisselle. Combien de temps en plus vous faudrait-il si l’accès le plus proche à de l’eau propre et à des installations sanitaires était à deux kilomères ou plus de chez vous ? Il n’est donc pas surprenant que, selon ce rapport, la réalisation de l’objectif du Millénaire pour le développement relatif à l’assainissement – réduire de moitié le pourcentage de la population dépourvue d’approvisionnement en eau potable ou de services d’assainissement de base – se traduirait par un gain de plus de 200 millions de journées de fréquentation scolaire et une amélioration de la productivité des travailleurs.

De plus, selon le rapport, les économies réalisées grâce à des services améliorés d’eau et d’assainissement s’élèveraient à 84 milliards de dollars à l’échelle mondiale. Par le simple traitement des diarrhées infectieuses évitables, les organismes de santé pourraient économiser 7 milliards de dollars par an. Près de 10 % des coûts liés aux maladies pourraient être évités grâce à l’amélioration des services. Mais à quel prix ? Le rapport estime le montant annuel des investissements à réaliser dans les services d’eau et d’assainissement dans 67 pays développés et pays en développement à 18 milliards, auxquels il faut ajouter 54 milliards pour la maintenance sur les deux prochaines décennies, un objectif très ambitieux, comme le reconnaissent les auteurs. Pourtant, pour la seule année 2010, le plan de sauvetage mis en place pour aider un seul pays européen à payer sa dette a coûté plus cher que cela. Sachant que près de 884 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau salubre et que 2,6 milliards n’ont pas accès à un assainissement de base, l’investissement dans l’assainissement procurerait des bénéfices importants en termes sanitaires et économiques. 

Voir www.oecd.org/environnement

Voir aussi www.oecd.org/regional-fr

©L’Observateur de l’OCDE n°285, T2 2011




Données économiques

PIB -9.8% T3 2020
Échanges exp -17.7% ; imp -16,7% T2/T1 2020
Inflation annuelle 1,2% août 2020
Chômage 7,4% août 2020
Mise à jour: 5 novembre 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abonnez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019