La petite reine de Paris

©RJC

Si les émissions de CO2 dues au transport provoquent le changement climatique, pourquoi ne pas encourager le cyclisme ? C’est exactement ce que commencent à faire Bruxelles, Copenhague, Vienne et Berlin, entre autres. On parle aussi beaucoup de Paris. On pourrait penser que les habitants du pays du Tour de France ont toujours aimé pédaler. Pourtant, jusqu’à l’année dernière, les vélos et pistes cyclables étaient plutôt rares dans la capitale.
Une révolution est maintenant en route, et son catalyseur s’appelle Vélib’. Ce libre-service géré par ordinateur et fonctionnant en permanence a doublé de volume depuis son lancement en juillet 2007 par la Mairie de Paris et la société de mobilier urbain et de communication extérieure JCDecaux. Les 20 000 vélos fabriqués en France sont robustes et sûrs, bon marché et faciles à utiliser.Les Parisiens et les visiteurs aiment Vélib’ parce que le système est pratique, selon Ágoston Fáber, qui l’a testé pour un hebdomadaire d’actualité hongrois : « Vous n’avez plus peur de vous faire voler votre vélo, vous pouvez changer de moyen de transport s’il pleut, c’est beaucoup moins cher que de s’acheter un vélo si l’on suit les règles, et il n’y a pas de réparations à faire puisque c’est JCDecaux qui s’en occupe. »Mais, malgré presque 400 km de pistes cyclables, les carrefours ne sont pas pensés pour les cyclistes, et la cohabitation entre ceux-ci et les automobilistes s’avère parfois difficile.Toujours est-il que le vélo est de retour à Paris. Selon un vendeur de vélo, les ventes se seraient même envolées depuis le lancement de Vélib’ ! Quant à savoir si Vélib’ a contribué à réduire les émissions de CO2 dans Paris, c’est beaucoup moins certain…  RJC Voir www.velib.paris.fr et l’article de M. Fáber sur www.hvg.huL’Observateur de l’OCDE n° 267, mai-juin 2008



Données économiques

PIB -9.8% T3 2020
Échanges exp -17.7% ; imp -16,7% T2/T1 2020
Inflation annuelle 1,2% août 2020
Chômage 7,4% août 2020
Mise à jour: 5 novembre 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abonnez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019