Solution virtuelle

Cliquer pour agrandir le graphique

Les pays arides doivent-ils se cantonner à la culture des produits faiblement consommateurs d’eau et importer les autres ? Puisque tous les produits ont besoin d’eau, exporter des produits agricoles revient à exporter de l’eau, bien que sous une forme virtuelle.
Il faut un millier de litres d’eau pour produire un kilo de blé, mais de cinq à dix fois plus pour un kilo de viande. Selon Lester Brown, président du Earth Policy Institute, le volume total d’eau contenue dans les produits agricoles importés au Moyen-Orient et en Afrique du Nord est équivalent au débit du Nil en amont d’Assouan. Certains pays adoptent des politiques visant à économiser leurs ressources en eau. Par exemple, Israël et la Jordanie réduisent leurs exportations exigeantes en eau les moins lucratives.En général, cependant, le commerce mondial des produits exigeants en eau obéit plus aux lois du marché qu’à une évaluation délibérée de la rareté de l’eau. C’est pourquoi toute politique efficace pour une bonne gestion des ressources limitées en eau doit se fonder sur les prix. Si les pays arides taxaient l’usage réel de l’eau par les irrigants, certaines cultures deviendraient insuffisamment compétitives. Ces pays importeraient donc des produits exigeants en eau de pays riches en eau, lesquels accroîtraient ces exportations. Il reste à savoir si le marché peut garantir la sécurité en eau des pays pauvres, notamment tant que le commerce mondial, déjà dominé par les pays riches en eau, reste faussé par les subventions à l’agriculture.©L’Observateur de l’OCDE, n°254, mars 2006



Données économiques

PIB -9.8% T3 2020
Échanges exp -17.7% ; imp -16,7% T2/T1 2020
Inflation annuelle 1,2% août 2020
Chômage 7,4% août 2020
Mise à jour: 5 novembre 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abonnez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019