Décollage africain ?

Courrier des lecteurs
Newcastle upon Tyne, Royaume-Uni
L’Afrique prend-elle réellement un nouveau départ (n°249, mai 2005) ? Vous évoquez les conflits, mais comment pouvons-nous contribuer à empêcher les désastres humanitaires annoncés, comme celui qui semble inévitable au Darfour?
Quelque 2 millions de personnes, pour la plupart des personnes âgées, des femmes ou des enfants, sont actuellement « abritées » dans des camps de réfugiés parfois cauchemardesques, et risquent d’être repoussées vers le Tchad, dans de véritables marches de la mort, par ceux-là même qui sont à l’origine du problème. De plus, cette époque de l’année est terrible pour n’importe quel organisme humain : le béribéri, la dysenterie et le paludisme consécutifs aux pluies s’occuperont des survivants.La connivence entre les groupes au pouvoir garantira vraisemblablement le pire pour les habitants du Darfour, indépendamment de leur origine ethnique. Ce qui se passe actuellement à la frontière du Darfour et du Tchad est au moins aussi dramatique que ce qui se passe à la frontière de la RDC et du Burundi, même si l’on n’a pas encore autant de précisions.Il faut avoir vécu ou travaillé dans cette partie du Sahara pour comprendre à quel point il est facile, d’un point de vue logistique par exemple, d’enterrer des centaines de corps en une demi journée, ou de se défausser de ses responsabilités sur d’autres. Et qui pourrait imaginer utiliser l’argent de nos contribuables pour financer des analyses d’ADN au Tchad, après des massacres comparables à celui de Srebrenica ?Les Nations unies et d’autres organisations de développement seront sans doute rendues responsables de cette situation, en particulier par ceux qui aiment à salir l’image des institutions internationales pour des raisons idéologiques ou géopolitiques. Cependant, qui est véritablement responsable ? Il y a une lueur d’espoir : l’envolée actuelle des prix du pétrole pourrait enfin se calmer temporairement, ce qui dissuadera peut-être un peu les compagnies pétrolières de faire des profits mirobolants dans la région frontalière du Tchad et du Soudan, tout en faisant la politique de l’autruche. Mais je ne serai convaincu de l’existence d’un minimum de justice humaine dans cette affaire que lorsque j’en verrai des preuves. Oui, l’Afrique a un vaste potentiel de croissance, mais son heure ne viendra jamais si nous ne faisons pas beaucoup plus pour mettre un terme aux génocides desquels, par notre inaction, nous sommes responsables.©L’Observateur de l’OCDE, n°251, septembre 2005



Données économiques

PIB +0.5% T2 2019
Échanges exp -1.9% ; imp -0.9% T2 2019
Inflation annuelle 1.6% septembre 2019
Chômage 5.1% août 2019
Mise à jour: 6 novembre 2019

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019