L’emploi aux Pays-Bas : une expérience atypique

Comment expliquer qu’avec ses réglementations sociales traditionnelles et son système développé d’aide sociale, un pays aussi prospère que les Pays-Bas ait réussi à maintenir un taux de chômage aussi bas ?
Ce dernier dépassait à peine les 3,2 % à la mi-1999, tandis qu’aux États-Unis, il se chiffrait à 4,2 %, et qu’il dépassait les 10 % dans plusieurs autres pays de l’OCDE. On s’est beaucoup interrogé sur le sujet. Voici donc un pays, sans cesse présenté par des études indépendantes comme étant doté d’une économie vigoureuse et disposant d’un des environnements au monde les plus favorables aux affaires. Et pourtant, difficile de dire que le marché du travail hollandais est l’un des parmi les plus libéralisés de la zone OCDE. Il est clair que les Pays-Bas disposent d’un cadre réglementaire de qualité, autrement ils n’auraient pas obtenu un tel succès.Cela fait plusieurs années que des réformes réglementaires en faveur d’une économie de marché ont été adoptées. Une tendance qui s’est accélérée, en particulier au cours de la décennie 90. Certaines de ces réformes ont probablement contribué à juguler l’inflation. Cependant, elles ont principalement touché les transports et certains services commerciaux, comme les télécommunications. Des secteurs protégés comme la construction et une grande partie des services publics ont été largement épargnés. Aussi, est-ce dans le secteur privé que l’emploi est monté en flèche ces dernières années – un peu plus lentement qu’aux États-Unis mais plus vite que dans la plupart des autres pays européens. En fait, il a augmenté en termes nets de 25 % entre 1984 et 1997, réduisant le chômage de moitié. Cette croissance a plus que compensé le gel des effectifs dans la fonction publique, qui avait connu une expansion rapide dans les années 70.La question du marché du travail néerlandais serait-elle donc plus complexe qu’elle n’en a l’air ? Certainement. Bien que le chômage ait baissé et que l’emploi ait régressé plus lentement que pour la moyenne de l’OCDE dans le secteur manufacturier, mais à un rythme nettement supérieur dans les services, le nombre élevé de Néerlandais en âge de travailler et qui restent en dehors du marché du travail est assez atypique. En fait, le taux d’activité des Pays-Bas est l’un des plus faibles de la zone OCDE (voir graphique). La baisse du chômage a été compensée par le développement des prestations d’invalidité et des programmes de retraite anticipée et d’aide à l’embauche.Par ailleurs, les taux d’activité chez les hommes âgés de 55 à 64 ans sont bas. Plus de la moitié des emplois créés ont été à temps partiel, pour la plupart dans les services. La durée de travail annuelle moyenne du salarié néerlandais est la plus faible au monde. Cela pourrait s’expliquer par une prédilection pour les loisirs, tendance qui pourrait simplement refléter le niveau élevé des taux marginaux d’imposition sur le revenu. Le fait est que si l’économie néerlandaise est douée pour la création d’emploi, elle ne l’est pas pour la création d’emplois à temps plein. Résultat : une grande partie des réserves de main-d’œuvre potentielle n’est pas exploitée. En outre, plus de la moitié des chômeurs néerlandais sont restés sans travail depuis plus d’un an, une proportion élevée d’après les critères de l’OCDE. Ce qui ne manque pas de souligner une chose : les Pays-Bas doivent poursuivre leurs réformes. Article écrit à partir de la récente publication Les réformes de la réglementation aux Pays-Bas, OCDE Paris, 1999.Puma.contact@oecd.org


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019