Gestion fiscale

Courrier des lecteurs

Il y a un peu plus de deux ans, vous écriviez dans ce magazine (« Fiscalité et mondialisation », L’Observateur de l’OCDE, N° 230) qu’il était temps pour les États de conclure un nouveau contrat social avec les citoyens. Vous ajoutiez que les pouvoirs publics fourniraient des services de manière rationnelle et efficace par rapport au coût, tandis que les administrés paieraient leurs impôts.

Ce rappel intervient à point nommé, puisque la réunion des ministres de l’OCDE a eu lieu courant mai. Peut-être ne savent-ils pas, par exemple, qu’en avril, le General Accounting Office (GAO) des États-Unis a révélé que près de deux tiers des entreprises américaines n’avaient pas payé d’impôts entre 1996 et 2000, malgré la forte croissance de l’économie et les niveaux records des bénéfices.En conséquence, les recettes d’impôt sur les sociétés américaines ont atteint en 2003 leur deuxième niveau le plus bas de tous les temps en pourcentage de la base d’imposition globale, à 7,4 %, soit US$132 milliards de recettes fédérales.Il est difficile de qualifier cela autrement que de stratégie fiscale offensive, d’autant plus que les taux effectifs de l’impôt acquitté par les sociétés deviennent une mesure essentielle de la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Précédemment, la RSE se limitait à atténuer les risques sociaux et environnementaux encourus par les grandes multinationales implantées dans les pays en développement. Mais depuis quelques mois, des groupes de pression et des ONG commencent à prendre en considération une dimension financière de la RSE. Ils soutiennent que le paiement équitable et transparent des impôts réside au cœur du contrat social entre les entreprises et la société civile.Le fait que le niveau des impôts payés par des entreprises soit nettement inférieur aux taux d’imposition effectifs dans les pays où elles opèrent suscite un sentiment d’injustice. Une coalition récemment formée, le Réseau mondial pour la justice fiscale, estime que cela représente une ligne de faille dissimulée dans la réputation des grandes multinationales. Si tel est le cas, le fait de parvenir à payer moins d’impôts peut devenir une source de risque d’exploitation, dans la mesure où les détracteurs des grandes entreprises commencent à utiliser la RSE pour faire pression sur les conseils d’administration, tout en exigeant des pouvoirs publics des expertises sur les pertes de recettes fiscales.Ce scénario n’a rien de réconfortant pour un secteur du conseil fiscal hostile à toute publicité, qui pèse des milliards de dollars. Ses activités sont certes légales, mais la justification du non-versement d’impôts représentant des centaines de millions devrait, à tout le moins, ajouter un élément divertissant aux communications des entreprises en matière de responsabilité sociale.© L’Observateur de l’OCDE, N°243, Mai 2004


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019