Augmentation de l'aide en faveur de la lutte contre le VIH/sida

Une nouvelle étude réalisée par le Comité d'aide au développement (CAD) de l'OCDE et le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) révèle une nette tendance à la hausse de l'aide en faveur de la lutte contre le VIH/sida.
Selon les chiffres définitifs les plus récents, qui rendent compte de l'effort d'aide cumulé des principaux donneurs bilatéraux et multilatéraux, 2,2 milliards USD ont été versés en 2002 pour combattre et faire reculer la pandémie dans les pays en développement.L'aide bilatérale a connu une progression régulière, passant de 822 millions USD en 2000, à 1,1 milliard USD en 2001, et 1,35 milliard USD en 2002, soit une hausse de 64 % en 3 ans. Quant à l'aide multilatérale, elle est passée de 314 millions USD en 2000 à 460 millions USD en 2002. A la fin de cette même année, les contributions totales au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ont atteint 917 millions USD, dont 60 % seront affectés à la lutte contre le VIH/sida.Le rapport intitulé " Analysis of aid in support of HIV/AIDS control, 2000-2002 " présente le premier aperçu global de la ventilation de l'aide en faveur des activités de lutte contre le sida, par pays donneur et bénéficiaire. Il est rendu public en préambule de la 15e Conférence internationale sur le sida, qui aura lieu à Bangkok du 11 au 16 juillet 2004.L'aide sert à financer des activités de prévention et de dépistage, des traitements et des services de soin, ainsi qu'une assistance sociale et juridique pour les personnes touchées par la maladie. Les activités de dépistage, de conseil et de traitement sont de plus en plus regroupées et systématiquement intégrées dans l'aide globale en faveur de domaines tels que l'enseignement, le développement rural, l'agriculture et les transports. L'aide favorise en outre la collaboration internationale entre les spécialistes de la santé des pays donneurs et bénéficiaires, en leur permettant de mettre en commun des informations et des enseignements, ce qui se traduit à terme par une amélioration de la qualité des soins pour l'ensemble des malades du sida.Entre 2000 et 2002, les donneurs ont travaillé avec 140 pays bénéficiaires, concentrant l'essentiel de leur aide sur 25 d'entre eux, dont 10 en Afrique sub-saharienne. Au total, l'Afrique a reçu 75 % de l'ensemble de l'aide allouée à la lutte contre le sida. Le premier pays bénéficiaire était le Nigéria, avec 91 millions USD par an, suivi par le Kenya (61 millions), l'Ouganda (53 millions) et la Zambie (43 millions). Les États-Unis étaient le premier donneur bilatéral, avec des contributions s'élevant en moyenne à 793 millions USD par an pour la période 2000-2002, devant le Royaume-Uni, avec 337 millions, le Japon, 161 millions et les Pays-Bas, 135 millions. Concernant les donneurs multilatéraux, l'Association internationale de développement de la Banque mondiale arrivait en tête (237 millions USD sur les contributions de base), suivie par l'ONUSIDA (88 millions USD), la CE (53 millions USD) et l'UNICEF (44 millions USD).©Service Media OCDE


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019