La situation en Afrique

Les opérations de privatisation sont-elles valables pour des pays qui comptent parmi les plus pauvres de la planète ? Privatisation en Afrique subsaharienne : un état des lieux fait le point sur les progrès de la privatisation en Afrique depuis une dizaine d’années et se penche sur ses réussites et ses échecs en termes de finances publiques, d’efficience économique, de prix et de marchés locaux.

La privatisation des télécommunications au Mali, l’approvisionnement en électricité au Mozambique ou encore des services relatifs à l’eau en Gambie donnent à penser que les efforts de privatisation se sont parfois traduits par un pas en avant et deux en arrière. Une partie du problème tient au fait que les opérations de privatisation sont souvent perçues comme étant préjudiciables aux pauvres du fait de la perte des subventions publiques accordées aux services de base, aussi inefficaces qu’ils puissent être. Qui plus est, si un objectif théorique de la privatisation est d’accroître la productivité, ce qui devrait entraîner une diminution des prix en termes réels et une augmentation de l’emploi et de la croissance, on constate dans la pratique que des emplois ont été supprimés et que les prix ont atteint des niveaux qui sont peut-être faibles au regard des prix internationaux, mais élevés pour la région.La privatisation en Afrique a commencé en Côte d’Ivoire en 1960. Elle s’est considérablement accélérée au cours de la dernière décennie et à la fin des années 1990, la majorité des pays africains avaient reçu une aide de la Banque mondiale au titre de programmes de privatisation. En fait, 67 % de l’ensemble des prêts à l’ajustement ont concerné la réforme des entreprises publiques.Cependant, le produit cumulé des privatisations a représenté seulement US$8 milliards contre US$46 milliards dans les économies en transition durant la même période. En 2002, l’eau, les services de téléphone fixe, les transports ferroviaires, les transports aériens et la distribution de produits pétroliers étaient encore aux mains de l’État dans au moins la moitié des 48 pays subsahariens. Les efforts de privatisation se poursuivent, 2 535 opérations de privatisation ayant eu lieu à ce jour en Afrique subsaharienne et 332 étant en cours en 2002, nombre d’entre elles dans le domaine des services d’utilité publique. Cela annonce de nouvelles hausses brutales des prix mais le niveau des fonds propres pourrait s’améliorer si les investissements progressent.© L’Observateur de l’OCDE, N°242, Mars 2004


Données économiques

PIB +0.5% T2 2019
Échanges exp -1.9% ; imp -0.9% T2 2019
Inflation annuelle 1.6% septembre 2019
Chômage 5.1% août 2019
Mise à jour: 6 novembre 2019

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019