Une vie de cochon

Agriculture, échanges et environnement : le secteur porcin

Les cochons ont leurs admirateurs et leurs détracteurs. Winston Churchill les trouvait fort sympathiques, car d’après lui, si les chiens nous regardent d’en bas et les chats d’en haut, les cochons, eux, nous traitent comme des égaux.

Dans La ferme des animaux, en revanche, George Orwell les décrit comme des animaux intelligents, manipulateurs, tout bêtement un peu plus égaux que tous les autres. Les cochons divisent aussi l’opinion sur une autre question : si, comme on le prétend généralement, ce sont des animaux naturellement propres et qui ne dégagent pas d’odeurs, comment se fait-il qu’ils soient à l’origine de problèmes d’environnement apparemment insolubles ? Agriculture, échanges et environnement : le secteur porcin (à paraître) examine les conséquences environnementales des politiques commerciales dans le secteur porcin, et apporte quelques réponses à cette question.Le plus gros problème de l’élevage porcin, du point de vue de l’environnement sont les déjections animales. Pour produire 22 porcs de 90 kg à l’abattage, une truie peut rejeter environ 100 kg d’azote et 18 à 20 kg de phosphore par an. Le traitement et l’évacuation de ces effluents sont donc une préoccupation essentielle : les fermes peuvent les utiliser comme fertilisant, mais dans les grandes unités d’élevage spécialisées les quantités produites sont beaucoup trop importantes.L’élimination des déchets de porcherie est un véritable casse-tête dans les pays à forte densité démographique comme les Pays-Bas et la Belgique, mais aussi au Danemark, au Japon et en Corée, pour n’en citer que quelques autres. Aux États-Unis, dans un certain nombre de comtés parmi les plus gros producteurs de porcs, les quantités d’azote rejeté dans le lisier dépassent la capacité d’assimilation de toutes les terres cultivées et de tous les pâturages du comté. Dégradation des écosystèmes aquatiques, nuisances olfactives, pollution de l’air par les émissions d’ammoniac, impact sur la qualité du sol et la biodiversité, telles sont les conséquences environnementales de la production porcine. Les réglementations peuvent aider à mitiger ces problèmes. Or, comme le montre la nouvelle étude de l’OCDE, la poursuite de la libéralisation des échanges va probablement renforcer les tendances du marché dans le secteur porcin, en entraînant un ralentissement de la production dans les pays européens et asiatiques de l’OCDE où l’environnement est le plus en danger. Qui a dit que les petits cochons finiraient par tous nous manger ?© L’Observateur de l’OCDE, N°239, Septembre 2003


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019