Alerte sur les transports maritimes

Les exploitants de navires devraient dépenser plus d’un milliard de dollars pour mettre en place les nouvelles mesures de sécurité destinées à contrer la menace d’attentats terroristes ; mais ce chiffre reste très inférieur aux coûts potentiels d’un attentat terroriste. Telle est la conclusion d’un nouveau rapport de l’OCDE intitulé Security in Maritime Transport : Risk Factors and Economic Impact (La sûreté des transports maritimes : facteurs de risque et impacts économiques).

Les échanges mondiaux sont tributaires des transports maritimes – plus de 80 % du commerce mondial est acheminé par voie maritime – et de grands efforts ont été accomplis ces dernières années pour renforcer, dans la mesure du possible, l’ouverture et la fluidité afin de stimuler encore davantage la croissance économique. Toutefois, selon le rapport, cette ouverture, qui a permis aux transports maritimes de se développer et de contribuer à dynamiser les économies, les rend aussi particulièrement vulnérables à des attentats terroristes qui pourraient bloquer le fonctionnement du système tout entier, par suite des mesures d’urgence que les pays pourraient être amenés à prendre.

Les risques sont nombreux et concernent aussi bien les transporteurs de vrac que les transporteurs de marchandises en conteneurs. Les enjeux sont élevés, étant donné que toute interruption importante du système de transports maritimes causerait des dommages à l’économie mondiale. Suite aux attentats terroristes perpétrés aux États-Unis en 2001, les pays ont renforcé les mesures de sûreté applicables au réseau de transports maritimes, en exigeant par exemple, l’établissement de plans de sûreté pour les navires et pour les ports ainsi que l’installation de systèmes d’alarme sur les navires. La plupart de ces mesures entreront en vigueur en juillet 2004. Les États-Unis ont développé leur propre arsenal de mesures de sécurité maritime qui vont de la notification préalable du contenu des cargaisons acheminées à bord de navires à destination de leur territoire jusqu’à la vérification préalable des cargaisons à haut risque dans les ports de chargement.

Selon le rapport, pour respecter ces nouvelles règles, les exploitants de navires devront installer des systèmes de sécurité et recruter du personnel supplémentaire, pour un coût d’investissement initial estimé à US$1,3 milliard et un renchérissement des coûts annuels d’exploitation de US$730 millions par la suite.

© L’Observateur de l’OCDE, N°239, Septembre 2003




Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019