Que représentait Seattle

Officiellement, il s’agissait de la troisième Conférence ministérielle de l'OMC depuis sa création le 1er janvier 1995. La Conférence ministérielle est l'organe de décision suprême de l'Organisation. Elle se réunit « au moins une fois tous les deux ans», selon les dispositions prévues par l'Accord de Marrakech instituant l'Organisation mondiale du commerce, le texte fondateur de l'OMC.
La Conférence ministérielle de Seattle devait marquer le lancement de nouvelles négociations importantes en vue de poursuivre la libéralisation des échanges internationales et d'examiner quelques règles commerciales en vigueur. Les Accords actuels de l'OMC sont issus des négociations du Cycle d’Uruguay de 1986-1994. Bien que les résultat se soient traduits par une vaste réforme des règles du commerce mondial et une réduction substantielle des obstacles aux échanges, beaucoup de participants ont souhaité que d'autres améliorations soient apportées au système commercial. En particulier, les accords sur les services (Accord général sur le commerce des services ou AGCS) et sur l’agriculture prévoient que de nouvelles négociations reprendront au plus tard au début de l'an 2000.Par ailleurs, de nombreux membres de l'OMC avaient proposé que d'autres questions figurent dans l’agenda des négociations. À la mi-septembre, plus de 150 propositions avaient déjà été présentées. La liste des documents indiquait les sujets abordés: droits de douane, antidumping, subventions, mesures de sauvegarde, mesures concernant les investissements, facilitation des échanges, commerce électronique, politique de concurrence, pêches, transparence des marchés publics, assistance technique, renforcement des capacités et autres questions relatives au développement, protection de la propriété intellectuelle – ainsi que des mesures spéciales pour aider les pays les moins avancés à accéder plus facilement aux marchés des pays riches et pour intensifier les travaux sur l'assistance technique à ces pays dans un cadre intégré mis en place en 1997 par l'OMC et plusieurs autres organisations.Un calendrier plus flexible ?La Conférence ministérielle de Seattle devait marquer le début des négociations, de la même manière que le Cycle d'Uruguay, qui a duré sept ans, avait été lancé lors d'une réunion ministérielle à Punta del Este en 1986 ou que le Cycle de Tokyo, lancé en 1973, avait duré six ans. Beaucoup de pays avaient proposé de limiter à trois ans la durée de ces nouvelles négociations, mais bien avant l’échec de la réunion de Seattle, l’expérience a montré qu’il n'est pas toujours facile de mener à bien des négociations vastes et complexes en respectant le délai établi. Finalement, même si les négociations débutent en l’an 2000, il serait peut-être trop ambitieux d’espérer qu’elles aboutissent dans un délai de trois ans. Basé sur des informations provenant de l’Organisation mondiale du commerce : http://www.wto.orgVoir également le site de l’OCDE spécialement consacré à Seattle : http://www.oecd.org/ech/seattle.htm


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019