Subventions amicales ?

Surmonter les obstacles à la réforme des politiques : Travaux sur les subventions nuisibles à l’environnement

Tout en déplorant l’effet global sur les pays pauvres des subventions pratiquées dans les pays riches, les environnementalistes s’intéressent de plus près aux conséquences négatives que la suppression de certaines de ces subventions pourrait avoir sur l’environnement.

Les secteurs économiques qui s’arrogent l’essentiel des aides (l’agriculture, la pêche, les transports et l’énergie en reçoivent 81 % à l’échelle mondiale) sont aussi les principaux responsables des émissions de gaz à effet de serre, de la pollution de l’air et de la pollution de l’eau. Cependant l’un des auteurs de cette série de rapports estime qu’il ne suffit pas de citer des chiffres et d’énumérer les atteintes portées à l’environnement. Dans l’intérêt du développement durable, les répercussions sociales et économiques doivent aussi être prises en considération dans les négociations sur les subventions agricoles.D’après l’ouvrage intitulé Surmonter les obstacles à la réforme des politiques : travaux sur les subventions nuisibles à l’environnement, on peut supposer à première vue que les subventions qui stimulent la production sont préjudiciables à l’environnement. Les prix garantis favorisent la surproduction et, donc, les dommages sur l’environnement.Nous n’ignorons pas non plus que beaucoup de subventions contribuent directement ou indirectement à l’appauvrissement du capital naturel, l’un des « piliers » du développement durable. Les exemples sont bien connus : saturation des terres en eau et salinisation du fait des aides en faveur de l’irrigation ; pollution atmosphérique et émissions de gaz à effet de serre provoquées par le subventionnement des carburants et de l’énergie utilisée dans les installations fixes ; surpêche entraînée par les subventions versées aux flottilles de pêche. Pourtant, les subventions à court terme destinées à aider les exploitations agricoles à s’acheter du matériel, comme, par exemple, des remorques ou des bulldozers, peuvent faciliter l’achat et l’utilisation de technologies plus modernes et plus « propres ».Cependant, ce n’est que récemment que le lien a été établi entre les subventions, les dommages environnementaux et la perte de capital humain, par opposition au capital naturel. Par exemple, on a calculé dernièrement le préjudice global que représentent, en termes de maladies et d’accidents, les problèmes sanitaires liés à l’environnement. D’après une estimation, en 2000, la perte de valeur en capital humain s’est établie dans le monde à US$1,75 milliards. Bien que les subventions ne soient pas seules en cause, cela plaide pour la poursuite des recherches destinées à approfondir la description des effets des aides à l’agriculture.© L'Observateur de l'OCDE N°238 Juillet 2003


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019