50 ans de recherche en transport : quels enjeux politiques ?

Conférence européenne des ministres des transports

Les transports sont aujourd’hui plus sûrs et le nombre de décès sur les routes a été divisé par deux depuis le début des années 1970. Les transports sont également plus fiables et plus rapides. Que l’on songe au TGV ou à la démocratisation du transport aérien, la mobilité s’est considérablement accrue dans tous les domaines du secteur des transports. Malgré cela, ce secteur est en crise et les zones urbaines sont trop encombrées. De plus la pollution, principalement due à l’automobile, est à l’origine de nombreux décès prématurés. Que peut-on faire ?

Ce sont principalement des questions comme celle-ci que la Conférence européenne des ministres des transports (CEMT) va aborder lors de son seizième Symposium international sur la théorie et la pratique dans l’économie des transports les 29-31 octobre 2003, à Budapest. Le thème de ce Symposium, qui marquera le 50e anniversaire de la CEMT s’intitule : « 50 ans de recherche en économie des transports : l’expérience acquise et les enjeux ».L’une des réussites du CEMT à travers les années a été de persuader ses membres qu’un accroissement de la mobilité produit des coûts qui doivent être contrôlés. En effet le transport consomme des ressources telles que l’énergie à travers l’utilisation de carburant, l’espace avec les infrastructures, et le temps avec la circulation pour se rendre d’un endroit à un autre. Mais il y a également d’autres impacts, tels que la dégradation de l’environnement, l’usure des chaussées, ainsi que l’effet de coupure lié à la construction routière. Ces coûts ne sont que partiellement pris en compte par le consommateur. L’ automobiliste n’a pas vu le prix du carburant augmenter en monnaie constante et les usagers des transports publics ignorent les subventions versées par la collectivité pour couvrir les investissements, voire l’exploitation de ces services. En ce qui concerne le transport de marchandises, avec la déréglementation des transports routiers, celui-ci a gagné en efficacité tout en diminuant de prix. En revanche, le chemin de fer, à l’écart de ce mouvement, a comparativement peu gagné en productivité.Tandis qu’instaurer une concurrence plus accrue et une déréglementation pourraient aider les chemins de fer, des mesures environnementales peuvent, quant à elles, réduire la pollution à la source. L’exemple du péage routier à Londres pour limiter la circulation montre le potentiel des mesures innovantes. Chaque utilisateur de transports doit se voir offrir des prestations de qualité dont le coût est à la hauteur des ressources consommées. Mais si l’on augmente les taxes du transport, encore faudrait-il les réinvestir dans ce secteur pour que cela soit acceptable. Faire passer ce type de message et aider les transports à devenir un secteur où la rationalité économique prévaut, continuera à être le principal objectif du CEMT dans les 50 prochaines années.© L’Observateur de l’OCDE N°238 Juillet 2003


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019