Aide au développement : aperçu des évolutions récentes

Direction de la coopération pour le développement
Tendance à la baisse
L’aide publique au développement (ADP) a sensiblement fléchi. En 1997, le montant total de l’aide s’est élevé à 0,22 % du PNB global des pays membres du CAD : c’est le niveau le plus bas enregistré depuis l’introduction du concept de l’ADP dans les années 60. En revanche, les apports privés ont nettement augmenté, comme l’indique le tableau ci-contre. Cela reflète en fait les flux d’investissements directs étrangers vers les pays bénéficiaires. Cependant, les chiffres disponibles ne permettent pas de rendre compte de l’impact global de la crise financière en Amérique Latine et en Asie sur les apports privés, notamment au niveau des investissements directs étrangers.L’Asie, une destination privilégiéeCe sont deux pays asiatiques, à savoir l’Indonésie et la Chine, qui ont été ces deux dernières années les principaux bénéficiaires de l’aide bilatérale qui émane de l’initiative individuelle des pays donneurs. Vient ensuite l’Égypte, qui se classe au premier rang des bénéficiaires africains. En 1996-97, les versements bruts d’APD bilatérale ont atteint au total près de 43 milliards de dollars. Pour la même période, l’aide publique (AP) des pays membres du CAD à destination des économies en transition a légèrement dépassé les 4 milliards de dollars.La part de l’Afrique subsaharienneSi l’on considère les données ventilées par région, c’est sans aucun doute l’Afrique subsaharienne qui reçoit la majeure partie des versements bruts d’APD bilatérale des pays membres du CAD (24 %). Ceux-ci s’élèvent en moyenne à 17 dollars par habitant. En valeur, le principal bénéficiaire de la région est le Mozambique, avec un peu plus de 613 millions de dollars. Vient ensuite la Tanzanie, avec 598 millions de dollars. Les Seychelles sont le pays d’Afrique subsaharienne pour qui le montant de l’aide est le moins élevé avec seulement 8 millions de dollars. Un dosage nuancéA quoi sert l’aide dans la pratique ? En fait, la structure de la répartition de l’aide dépend du stade de développement économique du pays bénéficiaire. Les données de l’OCDE, qui sont également ventilées par secteur, montrent que l’aide destinée aux pays les plus pauvres sert à financer des programmes sociaux – principalement l’éducation, la santé, l’approvisionnement en eau et l’hygiène -publique – et, dans une moindre mesure, des programmes économiques, tels que les infrastructures de transports et d’énergie. La composition sectorielle de l’aide évolue à mesure qu’on -progresse dans l’échelle des revenus, et reflète ainsi la nouvelle situation socio-économique des bénéficiaires. Près de la moitié des engagements d’APD consentis par les pays du CAD en faveur du Brésil, par exemple, est destinée à la protection de l’environnement et à l’allégement de la dette.© L’Observateur de l’OCDE, Nº216, Mars 1999


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019