Le prix du bénévolat

OCDE Observateur

Comment apprécier l’importance économique et sociale des entités à but non lucratif ? L’attention se porte de plus en plus sur les moyens permettant de mesurer et de prendre en compte l’impact de ce « troisième secteur », vaste dédale d’organisations et d’activités qui oscillent entre intérêt public et vocation commerciale, recoupant parfois ces deux domaines.

Le secteur à but non lucratif dans une économie en mutationComment apprécier l’importance économique et sociale des entités à but non lucratif ? L’attention se porte de plus en plus sur les moyens permettant de mesurer et de prendre en compte l’impact de ce « troisième secteur », vaste dédale d’organisations et d’activités qui oscillent entre intérêt public et vocation commerciale, recoupant parfois ces deux domaines.On y trouve aussi bien des organisations non gouvernementales militantes, comme Greenpeace ou Amnesty International, que des organisations humanitaires telles que Médecins sans frontières ou le National Housing Trust, et des organes de surveillance des médias, tels que Public Radio Capital ou l’International Press Institute. Ces organisations côtoient des organismes de bienfaisance, des églises, des coopératives ou encore des organisations de protection de l’enfance. L’Institute of Physics Publishing, par exemple, qui est basé au Royaume-Uni, est un établissement à but non lucratif au sens où les bénéfices qu’il peut réaliser doivent être réinvestis et non distribués.À l’évidence, le secteur non marchand constitue une force bien plus considérable qu’on ne le pense généralement, et cette publication de l’OCDE donne à ce propos des indications utiles. Selon un échantillon de 35 pays étudiés dans le cadre du projet d’analyse comparative du secteur non marchand mené par la John Hopkins University, quelque 39,5 millions de personnes sont employées à plein temps dans ce secteur, dont les dépenses représentent un total d’environ US$1 330 milliards. Le secteur non marchand emploie par ailleurs 3,6 % de la population active, dont 46 % dans la fonction publique. Si on le considérait comme une économie à part entière, celle-ci se classerait au sixième rang mondial, presque au même niveau que certains pays du G7. Au cours des années 1990, on a vu fleurir ces associations, coopératives, fondations ou fédérations, portées par une vague de philanthropie et par l’esprit d’entreprenariat social ambiant. Ainsi, entre 1990 et 1995, le nombre d’emplois dans le secteur non marchand a augmenté de 23 %, contre 6 % pour l’économie dans son ensemble. C’est dans ce contexte que des gens comme Bill Gates ont lancé des fondations philanthropiques richement dotées.Le fait que ces entités n’aient pas de but lucratif ne signifie pas pour autant qu’elles ne sont pas affectées en temps de crise, bien au contraire, mais il est probable que ce troisième secteur va perdurer, et qu’il est même appelé à se développer.Le Conseil économique et social des Nations unies a publié l’année dernière un manuel consacré aux méthodes permettant de recueillir des statistiques sur le secteur non marchand en vue de l’établissement des comptes nationaux.


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019