Les brevets largement définis confèrent-ils des droits sur les inventions à venir ?

OCDE Observateur
Il n’est pas surprenant que dans un secteur technologique novateur comme celui de la biotechnologie, plusieurs inventions «pionnières» aient vu le jour au cours de ces dernières années. Les offices de brevets leur ont généralement accordé une large protection. Les brevets couvrent leurs utilisations futures, pour l’instant inconnues, même s’ils ont été délivrés au titre de la première innovation thérapeutique.
Imaginons qu’un chercheur obtienne un brevet largement défini pour un médicament qui fait baisser la tension artérielle et qu’un autre scientifique découvre par la suite que ce même médicament est également efficace pour soigner des infections aux oreilles. Le déposant initial détiendra aussi les droits sur la nouvelle utilisation de ce médicament et il faudra lui verser une redevance pour pouvoir exploiter cette nouvelle application thérapeutique. Il en va de même dans le cas des cultures : une nouvelle variété de coton résistante à un organisme ravageur particulier pourrait faire l’objet d’un droit exclusif d’exploitation sur tous les cotons transgéniques, y compris ceux qui n’ont pas encore été inventés. Autrement dit, en obtenant aujourd’hui un brevet largement défini, on détient la propriété de toutes les inventions à venir.Même s’il est tout à fait justifié d’accorder une large protection pour les grandes innovations, cela n’en constitue pas moins un frein aux activités futures de recherche. Les chercheurs pourraient être incités à abandonner des travaux de premier plan sur un produit transgénique si celui-ci vient de faire l’objet d’un brevet. Les déposants pourraient également chercher à obtenir et à accumuler des brevets pour profiter des rentes sur les inventions à venir plutôt que de commercialiser les produits résultants. Tout cela pourrait finalement aboutir à une concentration des brevets les plus importants entre les mains de quelques-uns, et à des distorsions supplémentaires qui compromettraient à la base le marché des biotechnologies.Il s’agit là d’un problème de fond absolument capital, dont la résolution passe par un juste équilibre entre ouverture des marchés du savoir et protection des innovations d’intérêt public.


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019