Jamais sans mes enfants

OCDE Observateur

En 1995, les Nations unies ont estimé à environ US$11 000 milliards la valeur des soins maternels dans le monde. Le Wall Street Journal a révélé en 1999 que les « multiples tâches » accomplies par une mère représentaient US$500 000 par an. Derrière ces chiffres se cache une réalité : 30 ans après que les femmes du monde entier ont réclamé l’égalité des droits, la mère est toujours celui des deux parents qui tient la maison et élève les enfants.

Et si les nourrices sont rémunérées et bénéficient d’ordinaire d’une protection sociale, ce n’est généralement pas le cas des mères à temps complet. Afin de répondre aux questions que soulève cette situation, le premier rapport de l’OCDE dans la collection Bébés et employeurs : Comment réconcilier travail et vie de famille, s’intéresse à la politique familiale appliquée en Australie, au Danemark et aux Pays-Bas.On sera ainsi surpris d’apprendre qu’au cours des 30 dernières années, l’emploi des femmes a doublé aux Pays-Bas, où il est passé de 30 % à 70 %, et a crû en Australie de 45 % à 70 %. Au Danemark, où la politique familiale est plus fortement marquée par la volonté de maintenir les femmes sur le marché du travail, le taux d’activité de ces dernières, qui était déjà proche de 60 %, a atteint 75 %.Il existe toujours des disparités de salaire par rapport aux travailleurs masculins, et nombreuses sont les femmes qui occupent un emploi à temps partiel ou temporaire, leur activité étant concentrée dans des secteurs bien précis, surtout ceux de la santé et des services sociaux. En Australie et aux Pays-Bas, un quart environ des travailleuses exercent leur emploi moins de 20 heures par semaine. Le rapport indique que le temps de travail des mères australiennes augmente à mesure que leurs enfants grandissent, alors que les mères néerlandaises conservent leur activité à temps partiel. Le fait est qu’aux Pays- Bas, les travailleurs à temps partiel ont les mêmes droits que leurs homologues à temps complet.Toutes les mères, même celles au foyer, sont des mères qui travaillent, mais ce point de vue n’est toujours pas partagé dans le monde du travail. Lorsque les mères reprennent leur activité après un congé parental, elles bénéficient rarement du même statut que si elles avaient laissé leur nouveau-né à la crèche pour se remettre immédiatement à travailler. Le problème est à la fois économique et culturel. Pendant des années, le fait de rester à la maison était considéré comme un attachement aux valeurs traditionnelles et un facteur de dépendance. Mais aujourd’hui, avec l’augmentation du coût de la garde des enfants, il se peut que la contradiction devienne plus évidente.


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019