Décoder les flux de capitaux

OCDE Observateur

Il y a plus de 40 ans, l’OCDE mettait au point un code de conduite pour la libéralisation des mouvements de capitaux internationaux qui apparaît aujourd’hui comme l’une de ses réalisations majeures. Mais quels enseignements peut-on tirer de cette expérience ?

Après des phases d’expansion rapide des mouvements de capitaux privés dans le monde entier, des renversements spectaculaires ont marqué à la fois la crise du peso mexicain en 1994 et la crise asiatique en 1997. La Malaisie, pour sa part, a fait la une des journaux lorsque, faisant fi des conseils du FMI, elle a mis un frein aux mouvements de capitaux.Pour l’OCDE, les mesures de contrôle doivent être levées avec prudence et avec un soutien institutionnel adéquat. Pour que le processus de libéralisation des mouvements de capitaux se déroule correctement et efficacement, il convient de le conduire en veillant à donner la priorité, par exemple, à l’investissement direct et aux placements de portefeuille liés aux actions. En outre, la libre circulation des capitaux ne peut fonctionner que si elle s’accompagne d’une libre circulation de l’information et du respect de la transparence.L’avantage du Code de l’OCDE tient au fait qu’il ne s’agit pas d’une offre « à prendre ou à laisser ». Avant d’y adhérer, chaque pays a le droit d’exclure certaines transactions de son champ d’application. On peut par exemple considérer que limiter le montant net des engagements en devises d’une banque ou lui imposer des ratios financiers peut ne pas constituer une restriction, mais seulement une mesure de prudence pour assurer la protection des investisseurs. Les signataires du Code sont uniquement autorisés à supprimer des exemptions ou à en réduire la portée, mais pas à en ajouter ou à en étendre la portée. Le cadre réglementaire doit être conçu pour évoluer dans le sens d’une poursuite de la libéralisation. En tout état de cause, quasiment toutes les restrictions à la libre circulation des capitaux étant désormais abolies dans les pays de l’OCDE, le recours au contrôle des changes n’est pas une solution d’avenir. Après 40 années d’existence, le Code de l’OCDE continue d’évoluer tout en demeurant le seul instrument multilatéral existant dans le domaine de la libéralisation des mouvements de capitaux. (Voir l’article de Kenneth Rogoff, page 18.)© L’Observateur de l’OCDE, Nº235, Décembre 2002


Données économiques

PIB -9.8% T3 2020
Échanges exp -17.7% ; imp -16,7% T2/T1 2020
Inflation annuelle 1,2% août 2020
Chômage 7,4% août 2020
Mise à jour: 13 octobre 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019