Un environnement sain… pour les affaires

OCDE Observateur

Concurrence et environnement, voilà qui paraît incompatible. Et pourtant, la réforme des marchés énergétiques en Grande-Bretagne démontre le contraire. D’après le dernier examen des performances environnementales de l’OCDE consacré à ce pays, la « ruée sur le gaz » pour produire de l’électricité devrait permettre au Royaume-Uni d’honorer l’engagement qu’il a souscrit à Kyoto, à savoir réduire de 12,5 % ses gaz à effet de serre (GES).

L’abandon du charbon au profit du gaz, en grande partie sous l’effet de l’ouverture du marché de l’électricité britannique, a permis une baisse de 20 % des émissions de CO2 du pays entre 1990 et 1999.Or jusque là, la partie était facile. Réduire encore les émissions de CO2 et autres GES sera beaucoup plus difficile et coûteux, d’autant plus que la baisse des prix de l’électricité qu’a entraînée l’ouverture du marché dissuade le consommateur britannique d’économiser l’énergie. Toutefois, avec les nouvelles mesures adoptées ou à l’étude, le programme engagé par le Royaume-Uni pour parer au changement climatique prévoit en 2010 une réduction de 15 % des émissions nationales de GES par rapport à 1990.Une disposition de l’Electricity Act de 1989 exige des entreprises d’électricité qu’un pourcentage donné (2,8 % en 2000) de leur nouvelle puissance installée soit consacré à des sources d’énergie non fossiles, dont des sources renouvelables. Une nouvelle proposition, la « Renewables Obligation », devrait faire passer ce pourcentage à 10 % en 2010 si les consommateurs sont d’accord pour en supporter une partie du coût. Autre élément prometteur : une taxe sur la consommation d’énergie que devront payer les entreprises et le secteur public. Cette taxe majore d’environ 15 % une facture énergétique standard, mais les entreprises qui accepteront des objectifs de réduction de leur consommation et les respecteront bénéficieront d’un dégrèvement de 80 % de la taxe. En juin 2002, 5 500 entreprises avaient passé plus de 40 accords de ce type concernant 13 000 sites. Pour faire avancer l’environnement sur l’échelle de ses priorités, le Royaume-Uni a engagé plusieurs mesures « sans regrets » telles que l’indexation de la taxe sur les carburants à un niveau supérieur à l’inflation, un programme de crédit d’impôt pour la mise en décharge et le système d’échange de droits d’émissions.La privatisation n’a pas opéré les mêmes miracles sur le marché de l’eau, d’après l’examen des performances en matière d’environnement. S’il faut féliciter les pouvoirs publics d’être parvenus à rompre l’engrenage croissance économique/augmentation des contraintes en matière d’environnement telles que les émissions de CO2, par contre, les performances environnementales globales du pays ne dépassent pas la moyenne des pays de l’OCDE. Cette étude, qui fait suite à un premier rapport de 1994, relève plusieurs domaines sur lesquels il faudrait faire porter l’effort : les déchets et l’infrastructure d’assainissement des eaux usées, l’épuration des eaux agricoles et urbaines, la pollution par l’azote, la protection des habitats marins et de la biodiversité.


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019