Il faut sauver Doha !

Direction des échanges

Les rumeurs concernant la mort du processus de Doha sont très exagérées même si celui-ci a quelque peu grise mine. Dans l’intérêt du développement, il faut respecter les délais fixés et faire en sorte que le dispositif fonctionne. Explications de Jean-Marie Metzger, Chef de la Direction des échanges de l’OCDE.

En adoptant la Déclaration dite de Doha au Qatar l’année dernière, les 144 membres de l’OMC ont moins convenu d’œuvrer à la libéralisation des échanges ou l’application de nouvelles règles commerciales que de lancer un nouveau processus, le Programme de Doha pour le développement. Après négociation de tout un éventail de questions, ils sont supposés, au bout du compte, se mettre d’accord – on l’espère pour le 1er janvier 2005 – dans le cadre d’un engagement unique pour une avancée dans la libéralisation des échanges et une amélioration des règles soustendant le système commercial multilatéral.Comme le prévoit le Programme, les membres se sont fixés des « résultats intermédiaires » à atteindre à des dates précises, dont la plupart sont destinés à faire avancer le processus de négociation (modalités, demandes, offres) mais dont certains présentent un caractère plus concret (amélioration de l’accès aux médicaments, par exemple).Aucun des participants aux négociations ne peut se permettre de manquer aux engagements pris, que ce soit sur le calendrier ou sur le fond, comme l’a réaffirmé récemment le Comité des échanges de l’OCDE. Un consensus politique grandissant s’est d’ailleurs dégagé sur ce point à la « mini conférence ministérielle » tenue à Sydney en novembre dernier, où la question de l’accès aux médicaments pour les pays qui ne possèdent pas de capacités de production propres, a mobilisé un soutien particulier.Les membres doivent mettre à profit cet élan politique au lieu de revenir sur les progrès déjà accomplis ou d’anticiper sur les résultats des négociations. Ce genre de tactique ne peut en effet conduire qu’à un durcissement des positions, auquel tout le monde perdrait. Les négociateurs de l’OMC doivent garder présent à l’esprit que le mot clé de la Déclaration de Doha est « développement ». Cela implique une action conjointe des pays riches et des pays pauvres, à laquelle chacun contribue à hauteur de ses ressources. Le processus de Doha est toujours vivant, et bien vivant, ce dont on ne peut que se féliciter, mais il montre quelques signes de faiblesse. Pour en assurer le complet rétablissement, il est impératif que chacun se rallie à une devise simple : solidarité, un pour tous et tous pour un.© L’Observateur de l’OCDE, Nº235, Décembre 2002


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019