Réchauffement planétaire ?

Courrier des lecteurs

Les arguments du professeur Burton Richter, énoncés dans son article « Changement climatique : L’après Kyoto » reposent sur deux hypothèses incorrectes, l’une explicite, l’autre implicite (l’Observateur de l’OCDE, N° 233).

Dès la première phrase, il affirme que « les gaz à effet de serre (…) sont responsables de la hausse des températures moyennes de la Terre ». Cette assertion est de toute évidence démentie par les données les plus fiables dont on dispose, celles des satellites météorologiques, qui ne font apparaître aucune tendance perceptible à l’élévation des températures atmosphériques de la planète depuis 1979. Ce résultat surprenant est confirmé par ailleurs par les radiosondes qui sont lancées quotidiennement partout dans le monde au moyen de ballons météorologiques.Non seulement ces observations vont à l’encontre des résultats des modèles théoriques du climat, mais ces mêmes modèles exigent aussi que l’atmosphère se réchauffe plus vite que la surface. Il faut donc en conclure que les modèles n’ont pas été validés et que l’on ne peut pas s’y fier pour prévoir le réchauffement futur.L’hypothèse posée implicitement dans l’article du professeur Richter est que le réchauffement planétaire est dommageable, voire désastreux. Cette appréciation n’est pourtant pas partagée par des économistes dont beaucoup fréquentent chaque jour le même campus de Stanford que lui. Même respecté à la lettre, le Protocole de Kyoto n’aura eu que très peu d’effet. Les scientifiques s’accordent généralement à estimer que d’ici à 2050, Kyoto induirait une baisse des températures calculées de seulement 0,05° C.Enfin, le remplacement des combustibles fossiles par un recours à grande échelle à l’énergie nucléaire sera à mon avis la conséquence inévitable de l’épuisement progressif des sources de pétrole et de gaz à bas prix. Les fortes concentrations de CO 2 dans l’atmosphère seront un phénomène transitoire dans l’histoire de la civilisation industrielle.


Données économiques

PIB -9.8% T3 2020
Échanges exp -17.7% ; imp -16,7% T2/T1 2020
Inflation annuelle 1,2% août 2020
Chômage 7,4% août 2020
Mise à jour: 5 novembre 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abonnez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019