Un impôt-santé

Courrier des lecteurs
Votre dossier spécial sur les soins de santé indique que ceux-ci représentent une proportion croissante du PIB dans la plupart des pays (Observateur de l’OCDE, n°229, novembre 2001). A n’en pas douter le vieillissement de la population est l’un des facteurs à prendre en compte, mais il est loin d’être le seul. Nous savons tous que les médicaments et les traitements médicaux sont de plus en plus sophistiqués et, par conséquent, plus coûteux, indépendamment de l’âge du patient. Malheureusement, ce facteur est, lui, très difficile à mesurer avec précision, et n’est pas, de ce fait, souvent mentionné pour expliquer le coût croissant de l’ensemble du système. Mais il est indiscutable que la qualité des soins est très importante pour la plupart d’entre nous. Les pouvoirs publics pourraient se demander quelles activités réduire pour que les économies dégagées puissent être affectées aux soins de santé. Une telle annonce serait probablement très bien accueillie.
Un autre moyen de rendre plus acceptable le coût des soins de santé serait de créer un « impôt-santé ». Cet impôt-santé serait adapté à la nature du système fiscal de chaque pays. Au Canada, par exemple, le coût des soins de santé est réparti entre l’administration fédérale et les administrations provinciales, administrations qui toutes deux prélèvent une taxe sur la consommation qui vient s’ajouter au prix d’achat de tous les biens vendus au détail. Cette taxe est parfaitement lisible sur la facture. Il ne devrait pas être trop difficile d’en faire un impôt-santé et d’en affecter le produit explicitement à cette fin, sous réserve que les administrations concernées donnent leur accord. Une autre option consisterait à affecter une taxe spécifique applicable aux articles « dangereux pour la santé »comme l’alcool, le tabac, voire l’essence. Je suis persuadé que ce type d’impôt serait plus populaire que les taxes actuelles dont les consommateurs doivent s’acquitter sans avoir aucune idée de l’utilisation qui en est faite.


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019