Trop tard pour l'Amazonie ?

Courrier des lecteurs

Le grand déballage mondial sur l’environnement ne va pas tarder – je veux parler du sommet sur le développement durable qui doit commencer à Johannesbourg en août 2002. Et Rio, alors ? C’était il y a 10 ans. Si j’en crois les comptes rendus de réunions préparatoires des Nations unies (et quelques articles de l’OCDE), le message sera « le moment est venu d’agir » – sans délai dans le cas de la déforestation. J’y souscris entièrement. Mais faut-il vraiment dépenser US$50 millions de dollars et faire déplacer 65 000 personnes pour passer à l’action ?

Je m’inquiète surtout pour l’Amazonie, où se trouvent 40 % des forêts tropicales humides de la planète et le plus grand espace naturel encore vierge. Il y a plus d’un an, une équipe de scientifiques brésiliens et américains ont fait les prévisions suivantes : d’ici à 2020, la forêt primitive ne représentera plus que 5 % environ en Amazonie, et en 10 ans le recul pourrait devenir irréversible. S’il a fallu une décennie (depuis Rio) pour que la communauté internationale prenne position sur des questions d’environnement telles que le changement climatique et la déforestation, est-ce qu’il n’est pas déjà trop tard pour l’Amazonie ? Les débats des Nations unies et de l’OCDE témoignent d’un intérêt véritable pour les points névralgiques de l’environnement. Pourquoi donc sommes-nous si aveugles au problème de l’Amazonie ? Je crois que nous avons tout simplement renoncé. Nous préférons plutôt discuter que de chercher à mettre en pratique des solutions qui existent déjà sur le papier. Quand on pense qu’en septembre dernier, le Congrès brésilien a partiellement approuvé un nouveau projet de révision du Code forestier pour permettre aux propriétaires terriens d’Amazonie de multiplier par plus de deux les coupes de bois autorisées, il ne reste peut-être plus qu’à lever les bras au ciel. Faut-il se résigner ? Bien sûr que non. Nous devons consacrer des fonds beaucoup plus importants à des projets sur le terrain, faire reculer la pauvreté, dispenser l’enseignement nécessaire et engager des travaux de vaste portée pour aider le gouvernement brésilien à préserver l’Amazonie. La détermination et les connaissances ne manquent pas ; encore faut-il cesser de parler pour passer aux actes.


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019