Énergie : le statu quo

Perspectives énergétiques mondiales : évaluer les approvisionnements d’aujourd’hui pour nourrir la croissance de demain (World Energy Outlook: Assessing Today’s Supplies to Fuel Tomorrow’s Growth)
OCDE Observateur
Lors de la grande panne d’électricité survenue dans une bonne part de la Californie l’an dernier pour cause de pénurie, les pays et entreprises qui investissaient dans l’éolien et le solaire ont dû être gagnés par une certaine exaltation. En effet, une fois le courant rétabli, les experts en énergie auguraient hardiment que les bénéfices de l’industrie solaire doubleraient à l’horizon 2005. Or, la dernière parution de World Energy Outlook prévoit pour les énergies alternatives, une part relativement faible dans la panoplie énergétique mondiale des deux décennies à venir.
Le défi à relever si l’on veut développer les énergies renouvelables tient, en partie, au fait que les réserves de pétrole, de gaz, de charbon et d’uranium sont largement suffisantes pour faire face à la demande dans les prochaines décennies, même au prix d’investissements massifs dans les infrastructures de production et de transport. En outre, comparées aux combustibles fossiles, les énergies renouvelables sont encore chères : si le coût de la bioénergie avoisine celui du charbon ou du gaz, l’énergie éolienne coûte le double et l’énergie solaire est 20 fois plus onéreuse.L’hydraulique est la source d’électricité d’origine renouvelable de loin la plus importante dans les pays de Énergie : le statu quol’OCDE : en 1999, elle représentait 14 % de la production électrique totale de la zone OCDE et 87 % de son électricité d’origine renouvelable. À l’avenir, l’accroissement prévu de la production hydroélectrique interviendra dans les pays en développement à hauteur de 80 %, dont les trois quarts en Chine et en Amérique latine.Chose étonnante, l’intensité énergétique mondiale – c’est-à-dire le rapport de la demande d’énergie primaire au PIB – devrait, selon les prévisions, diminuer de 1,1 % par an d’ici à 2020 ; le pétrole devrait rester prédominant dans le dosage des sources d’énergie primaire utilisées avec une part de 40 % en 2020, presque identique à celle d’aujourd’hui. Et ce malgré la prévision figurant dans World Energy Outlook, selon laquelle les émissions de CO2 liées à l’énergie seront encore trop élevées en 2010 pour pouvoir respecter les engagements pris aux termes du Protocole de Kyoto. D’autres technologies à l’étude ou au stade du développement pourraient modifier radicalement le panorama des approvisionnements à long terme. À l’heure actuelle, les recherches sur les nouvelles technologies sont axées sur la production et l’utilisation de l’hydrogène, celui-ci pouvant être obtenu à l’état pur à partir d’eau à l’aide de capteurs solaires ou d’aérogénérateurs.


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019