Réforme de l’agriculture

OCDE Observateur

L’accord sur l’agriculture conclu lors du cycle d’Uruguay (AACU) n’a eu qu’un impact limité sur le commerce mondial des produits agricoles: les droits consolidés sur les produits agricoles dépassent en moyenne 40 %, contre 4 % sur les produits manufacturés, et le taux sur certains produits agricoles excéde les 500 %.

Ce sont les conclusions d’une série de sept rapports de l’OCDE, qui examinent aussi pourquoi les résultats ont été si modestes et qui suggèrent que des réformes plus poussées sont nécessaires dans certains domaines.Les rapports ont été présentés à Genève, où des nouvelles négociations sur les échanges agricoles sont actuellement engagées à l’OMC.« Le principal défi que doivent relever les membres de l’OMC pour atténuer les distorsions des échanges est de bâtir sur les fondations de l’AACU, » dit le rapport qui évalue la mise en oeuvre de l’AACU dans les pays de l’OCDE. De même que pour la mise en oeuvre, les rapports couvrent les problèmes des économies en transition, les crédits à l’exportation et les subventions à l’importation, et le rôle des échanges dans les entreprises d’Etat avec leurs conséquences sur l’agriculture et l’environnement. Alors que l’AACU était un grand pas en avant car pour la première fois l’agriculture a été prise en compte dans un accord mondial sur les échanges, son impact a été « plutôt modeste » selon Gérard Viatte, chef de la direction de l’Agriculture de l’OCDE. « Nous sommes toujours confrontés à un protectionisme fort de la part des pays de l’OCDE ». Quand il s’agit de subventions nationales pour les agriculteurs, trois zones de l’OCDE sont les principaux responsables: l’Union Européenne, les États-Unis et le Japon comptent à eux seuls pour 90% du total.


Données économiques

PIB -9.8% T3 2020
Échanges exp -17.7% ; imp -16,7% T2/T1 2020
Inflation annuelle 1,2% août 2020
Chômage 7,4% août 2020
Mise à jour: 5 novembre 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abonnez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019