La question chinoise

Courrier des lecteurs
Le Secrétaire général Donald Johnston pose, à juste titre, la question des futures relations entre la Chine et l’OCDE (n° 251, septembre 2005). Votre magazine et les impressionnants travaux de votre organisation sur ce pays s’intéressent à la Chine elle-même, mais qu’en est-il de la présence chinoise dans l’économie mondiale en général ?
En tant que l’un des premiers consommateurs mondiaux d’énergie, la Chine investit dans les pays de l’OCDE ; elle est également active au Moyen-Orient et en Amérique latine. En Afrique, elle s’intéresse vivement au pétrole et autres industries d’extraction, notamment au Soudan, et dernièrement en Angola, où son influence en tant que puissance commerciale, investisseur et pourvoyeur d’aide semble se développer. L’évolution future de l’influence économique mondiale de la Chine est une question majeure.Joseph Deng
Paris, France***Le Mexicain Ángel Gurría succédera bientôt à la tête de l’OCDE au Canadien Donald Johnston (n°252-253, novembre 2005). C’est la première fois qu’un homme issu d’un pays pas si riche (quoique pas si pauvre) va diriger une organisation souvent décrite comme un « club de riches ». La nomination de M. Gurría rend hommage à sa solide réputation internationale et au désir de l’OCDE d’évoluer avec l’époque. De l’aveu même de M. Gurría, ce groupe représentait autrefois les trois quarts des richesses mondiales, contre 60 % aujourd’hui.Des pays non membres de l’OCDE comme la Chine, l’Inde et le Brésil, prennent tout simplement le monde d’assaut, posant ainsi une question inévitable qui semble encore causer plus de gêne que de débat : l’OCDE et les autres organisations économiques internationales peuvent-elles légitimement rester représentatives d’une économie mondialisée qui ne doit plus sa croissance à quelques privilégiés ?D’après ses propres dires, la Chine est maintenant la quatrième économie mondiale. Dans peu de temps, l’Inde sera plus peuplée que le pays le plus peuplé du monde. Le Brésil devient rapidement le grossiste alimentaire de la planète. Aucun de ces pays n’est membre de l’OCDE. Qu’est-ce qui les différencie ? La Chine est toujours dirigée par le Parti communiste. Ce qui mène à la question suivante : les membres de l’OCDE tendront-ils la main dans l’idée qu’il vaut mieux avoir la Chine à l’intérieur plutôt qu’à l’extérieur ? Après tout, des pays ont rejoint l’OCDE dans le passé sans satisfaire totalement aux critères de l’OCDE associés aux économies de marché. Cette procédure était vue par beaucoup comme un moyen de s’assurer que ces critères seraient un jour satisfaits.Une autre question difficile se posera alors : la Chine veut-elle de l’OCDE ?Brian Love
Correspondant économique en Europe, Reuters©L’Observateur de l’OCDE n° 254, mars 2006


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019