Un monde meilleur

Secrétaire général de l’OCDE

©OCDE/Nguyen Tien

C’est là mon dernier éditorial pour L’Observateur de l’OCDE avant mon départ, en mai 2006. Cependant, je ne souhaite pas revenir sur le passé, mais au contraire me tourner vers l’avenir. Cela ne signifie pas que le conseil de Keynes doit être ignoré : il faut étudier le présent à la lumière du passé pour préparer l’avenir.
Mais parfois le passé ne nous apporte guère d’enseignement pour le présent et l’avenir. C’est certainement le cas pour les enjeux environnementaux sans précédent auxquels le monde est aujourd’hui confronté.Même s’il y a eu des périodes de réchauffement planétaire dans le passé, comme l’atteste l’analyse des carottes de glace prélevées en Antarctique, jamais l’intervention d’homo sapiens n’y avait jusqu’ici contribué. Aujourd’hui, presque tous les climatologues estiment que l’augmentation rapide des émissions de dioxyde de carbone depuis le début de l’ère industrielle est l’une des causes majeures de la concentration croissante de CO2 dans l’atmosphère, qui semble maintenant dépasser 380 parties par million (ppm) et continue de croître.Nombreux sont ceux qui pensent que nous approchons d’un seuil, autour de 550 ppm, au-delà duquel le réchauffement planétaire deviendra irréversible, entraînant une élévation du niveau des océans sous l’effet de la fonte des glaciers et de la dilatation thermique. Le littoral, en proie à l’érosion et aux inondations, deviendra inhabitable pour des millions de personnes, notamment dans les régions les plus pauvres du monde.Certaines cultures prospèreront, d’autres disparaîtront. Les maladies tropicales migreront vers les climats autrefois tempérés. Les populations seront également forcées de se déplacer, pour accéder à l’eau ou fuir la montée des mers. Le climat deviendra encore plus instable qu’aujourd’hui, et peu d’entre nous pourront échapper aux cyclones, tornades, tempêtes verglaçantes, pluies de mousson, ou à la sécheresse. Il est peut-être déjà trop tard pour stopper toutes ces évolutions, mais nous pouvons prendre des mesures pour les freiner, et nous donner plus de temps pour nous adapter.En mars, le Mexique accueille le quatrième Forum mondial sur l’eau. J’ai participé au précédent, à Kyoto en 2003. Aucun thème, sans doute, ne revêt plus d’importance que celui-ci. Après tout, nous pouvons exister sans pétrole, mais pas sans eau.Beaucoup de questions se posent. L’eau douce est très inégalement répartie à la surface du globe. Quand les pénuries apparaîtront, les populations migreront-elles vers les oasis ? Des pays comme le Canada vont-ils subir des pressions pour partager leur abondante richesse naturelle ? La technologie apportera-t-elle des solutions, telles que des techniques moins coûteuses de dessalement ? Nous tournerons-nous davantage vers des cultures plus économes en eau ? Les plantes génétiquement modifiées peuvent-elles nous aider ?Dans la zone OCDE, les préoccupations liées à l’eau concernent surtout les investissements, notamment à cause d’infrastructures vieilles et usées, et une meilleure gestion de l’utilisation de l’eau, en particulier dans l’agriculture. Mais ceux d’entre nous qui vivent dans des régions riches en eau se posent principalement des questions de santé. L’eau est-elle potable ? Le système de distribution doit-il être amélioré afin que l’eau soit sans danger dans le futur ? Les taux de nitrates, de toxines et d’agents pathogènes sont-ils suffisamment contrôlés ?Hélas, une grande partie de la population mondiale ne peut s’offrir le luxe de s’inquiéter de la qualité de l’eau, elle doit se préoccuper de son existence même ! Et il semble que ce problème va s’accentuer sous l’effet du changement climatique. Lors d’un récent séjour en Chine, j’ai eu le plaisir de rencontrer un membre éminent de Greenpeace. Il m’a expliqué les défis potentiels posés par le Fleuve Jaune. Il apparaît que les glaciers qui l’alimentent reculent rapidement. Si la tendance se maintient, ils auront bientôt disparu, entraînant avec eux la disparition du Fleuve Jaune tel que nous le connaissons. Tous les fleuves du monde alimentés par des glaciers vont-ils connaître le même sort ? Ceci présagerait des crises sociales catastrophiques.Serons-nous de plus en plus tentés de détourner les cours d’eau qui se déversent dans la mer pour les utiliser à d’autres fins ? D’énormes quantités d’eau douce venant de Russie et du Canada se mêlent chaque jour à l’océan Arctique. Pourquoi ne pas les détourner vers le sud ?Nombreux sont les enjeux futurs auxquels nous n’avons pas encore commencé à nous préparer, peut-être parce que nous ne sommes pas prêts à accepter les conséquences épouvantables du réchauffement climatique. Ma génération vit dans un monde largement identique à celui qu’elle a toujours connu : la beauté naturelle n’est pas dégradée, la diversité animale et végétale est préservée, des espaces vierges restent à explorer au-dessus de nous et sous les mers. Tout ceci est peut-être aujourd’hui en danger.Or, le temps joue contre nous. Ou plutôt contre vous, prochaine génération. C’est à vous de relever ces défis et de mener la seule planète habitable que nous connaissons vers un monde meilleur.©L’Observateur de l’OCDE, n°254, mars 2006


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019