Optimiser la mondialisation

Réunion du Conseil de l’OCDE au niveau des Ministres, 2005
La réunion du Conseil au niveau des ministres (RCM) s’est tenue à Paris, les 3 et 4 mai 2005, sous la présidence de M. Göran Persson, Premier ministre suédois, autour du thème fédérateur « Optimiser la mondialisation ».
Comme l’a indiqué la présidence dans son résumé de la réunion, « la mondialisation est à la fois inévitable et souhaitable. Nous devons la rendre durable et accessible à tous ».Les ministres ont eu des discussions « enrichissantes » avec les économies non membres de l’OCDE, et dialogué avec le Comité consultatif économique et industriel auprès de l’OCDE, la Commission syndicale consultative auprès de l’OCDE ainsi qu’avec la société civile en général lors du Forum de l’OCDE.À propos des perspectives économiques, les ministres ont noté que le ralentissement récent de la croissance s’expliquait par le renchérissement de l’énergie et les variations des cours de change. La croissance devrait reprendre, mais des risques demeurent, liés notamment aux prix du pétrole, à la détérioration des paiements courants et des déficits budgétaires. S’il est possible que ces déséquilibres se résorbent en douceur, les ministres jugent que des turbulences sont inévitables, et soulignent la nécessité de réformes structurelles.L’énergie était naturellement au coeur des débats. La présidence a rappelé la nécessité de « réduire l’impact du gonflement de la demande d’énergie sur l’environnement et le climat ». Les ministres ont pris note des estimations de l’Agence internationale de l’énergie, organisation soeur de l’OCDE, indiquant qu’il faudra investir 16 000 milliards de dollars US dans le secteur de l’énergie d’ici 2030.Une intensification du dialogue avec les pays producteurs de pétrole et une transparence accrue sont indispensables à la stabilité des marchés : « loin de la freiner, une utilisation plus efficiente de l’énergie et des ressources stimulera la croissance. » Les ministres ont insisté sur la libéralisation des marchés de l’énergie, et sur l’importance de l’innovation en matière d’environnement. Ils ont convenu de « faire tout leur possible pour définir le cadre qui convient au développement et au déploiement de nouvelles technologies. »Les ministres se sont aussi penchés sur la mondialisation et l’ajustement structurel, et ont approuvé les deux études de l’OCDE, Améliorer la performance de l’économie des services et Les échanges et l’ajustement structurel. Le résumé insiste sur la mondialisation comme facteur positif, « sous réserve que les problèmes d’ajustement au niveau des individus, des régions et des pays soient traités judicieusement. » Les ministres ont recommandé au Conseil de poursuivre l’étude de suivi sur ces sujets.Les ministres ont réservé un accueil favorable à la déclaration de l’OCDE sur le suivi de la Déclaration du millénaire des Nations unies et du Consensus de Monterrey, qui sera transmise à l’ONU pour le sommet de septembre sur la mise en oeuvre de la Déclaration du millénaire. Les pays de l’OCDE s’engagent à redoubler d’efforts pour réaliser les Objectifs du millénaire pour le développement concernant la réduction de la pauvreté et de la faim, l’universalisation de l’enseignement et la lutte contre les maladies. Ils réaffirment leur volonté d’accroître le volume et l’efficacité de l’aide. Une proposition du Japon pour renforcer la coopération avec les pays africains en vue d’y accroître l’investissement privé, domestique et étranger, a été soutenue.Les ministres ont souligné l’urgence d’atteindre un résultat ambitieux fin 2006 pour le Programme de Doha pour le développement, et l’importance d’une heureuse conclusion des négociations pour la croissance, l’emploi, le développement et la réduction de la pauvreté dans le monde. Pour la présidence, « il n’existe pas d’alternative viable à un système commercial multilatéral efficace. »Les ministres ont débattu du rôle actuel et futur de l’OCDE. La qualité reconnue des travaux de l’OCDE doit être préservée, et la position de premier plan de l’Organisation en matière d’analyse des politiques et en tant que prescripteur de normes à l’échelle mondiale doit être renforcée. Les ministres ont approuvé une orientation plus stratégique pour la coopération avec les économies non membres. La présidence a conclu que « l’élargissement ne doit pas compromettre le bon fonctionnement de l’OCDE, mais au contraire fournir l’occasion de consolider l’Organisation. »Pour le résumé complet et plus d’informations, voir www.oecd.org/mcm2005L’Observateur de l’OCDE n° 250, juillet 2005


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019