« Allez-vous enfin m'écouter ? »

Les femmes et le SIDA
La Journée mondiale de la lutte contre le SIDA a été lancée le 1er décembre avec le slogan « Allez-vous enfin m'écouter ? ». Les femmes, qui représentent près de la moitié des personnes infectées par le VIH/SIDA, ne sont généralement pas en mesure de se protéger contre la maladie.
Elles sont biologiquement plus vulnérables que les hommes. La probabilité d'une transmission du virus de l'homme à la femme au cours de rapports sexuels est pratiquement deux fois plus élevée qu'elle ne l'est de la femme à l'homme, et les femmes contractent souvent l'infection à cause du comportement à haut risque de leur partenaire, sur lequel elles n'ont pratiquement aucun contrôle. D'après l'ONUSIDA, des millions de femmes dans le monde « subissent des viols et des violences sexuelles » et n'ont ni le choix de l'abstinence ni la possibilité de se protéger.Chaque jour, 8 000 personnes meurent de la maladie et 14 000 autres sont infectées. Selon l'ONUSIDA, 39,4 millions d'hommes, de femmes et d'enfants vivent avec le virus. Le VIH continue à se propager et le nombre de victimes du SIDA augmente en Asie de l'Est, en Europe orientale et en Amérique latine. Mais c'est au sein de la Fédération de Russie que l'épidémie progresse le plus rapidement, notamment parmi les toxicomanes, ainsi qu'en Chine où le nombre de personnes vivant avec le SIDA devrait doubler entre 2004 et 2005. Près de 70 % des personnes touchées par le virus vivent en Afrique. En Afrique subsaharienne en particulier, les femmes sont de plus en plus frappées et représentent six victimes sur dix. Enfin, l'Afrique du Sud demeure la région la plus touchée, avec un tiers des décès dus au SIDA recensés dans le monde.Les donateurs réagissent à la propagation alarmante du VIH/SIDA. Un rapport, publié en 2004 par le Comité d'aide au développement (CAD) de l'OCDE, indique que les dépenses affectées à la lutte contre le VIH/SIDA augmentent. De plus, la part des pays du CAD dans l'aide publique bilatérale mondiale est largement supérieure à 90 %. Par ailleurs, les engagements bilatéraux destinés à la lutte contre le VIH/SIDA ont augmenté de 64 % entre 2000 et 2001, l'Afrique de l'Est et l'Afrique australe en étant les principales bénéficiaires.Les montants en question sont considérables : le total des engagements d'aide publique au développement (APD) consacrés à la lutte contre le VIH/SIDA a représenté 2,2 milliards de dollars par an, durant la période 2000-2002. L'aide bilatérale a atteint 1,1 milliard de dollars par an tandis que les contributions au Fonds mondial de lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme se sont élevées à 500 millions de dollars par an. Le reste correspond à l'aide accordée par les membres du CAD au titre des financements multilatéraux de base des organismes des Nations unies et de la Banque mondiale. Enfin, la collaboration est encouragée par divers accords, tels les accords de jumelage conclus avec des hôpitaux dans les pays de l'OCDE.©L’Observateur de l’OCDE, N°246/247, décembre 2004 - janvier 2005 RéférencesOCDE (2004), Activités d'aide pour la lutte contre le VIH/SIDA, Système de notification des pays créanciers sur les activités d'aide, (volume 2004). www.ocdelibrairie.org, ISBN 926401677.Rapport de l'ONUSIDA


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019