À chacun sa méthode !

Culture de gouvernance et développement : Un autre regard sur la gouvernance d'entreprise

De nombreux experts font valoir que les Principes de gouvernement d'entreprise de l'OCDE ne sont pas adaptés aux problèmes auxquels doivent faire face les pays en développement, et que les affaires comme celles d'Enron ou de Parmalat ne touchent que des pays prospères de l'OCDE.

Ont-ils raison, sachant qu'un gouvernement d'entreprise défaillant peut avoir des retombées catastrophiques sur la croissance économique d'un pays - sans parler des lourdes conséquences sur la vie de millions d'individus ?Les auteurs de l'ouvrage intitulé Culture de gouvernance et développement n'en sont pas convaincus. Certes, comme le fait remarquer le Centre de développement de l'OCDE, la période de forte croissance qu'ont connue le continent européen après la guerre et certains pays du « miracle asiatique » des années 60 aux années 90 a eu lieu alors que les structures de gouvernement d'entreprise étaient, à la lumière des critères actuels, extrêmement lacunaires. De fait, l'âge d'or qu'a connu la France entre 1945 et 1973 ( les « Trente Glorieuses »), époque au cours de laquelle le pays a connu la plus forte croissance de son histoire, en témoigne, et le présent ouvrage contient une étude particulièrement approfondie de l'expérience française.Mais la plupart des pays en développement font face à des enjeux difficiles sur le marché mondial d'aujourd'hui. Les auteurs se demandent si le système de gouvernance actuel, qui satisfait les critères de la zone OCDE, favorise la croissance dans d'autres régions ou s'il y fait obstacle. Il n'est pas facile de répondre à cette question, nous dit Culture de gouvernance et développement, mais les auteurs affirment qu'en tout état de cause la bonne gestion des affaires publiques et un bon gouvernement d'entreprise favorisent le développement d'un pays. Les pays comme la Corée ou Singapour, qui ont réussi de manière spectaculaire à rattraper les économies industrialisées comme le Japon et les États-Unis, avaient mis en place des systèmes privilégiant la bonne gestion des affaires publiques et l'intérêt général plutôt que de suivre la logique des entreprises, source potentielle de conflits d'intérêts privés. Les pays en développement pourraient souhaiter se pencher un peu plus sur ces exemples nouveaux et non se plier aux règles de l'école de la gouvernance venues des États-Unis et du Royaume-Uni, ajoute Culture de gouvernance et développement. En apportant un nouvel éclairage sur les différentes cultures de gouvernance, leur logique, leur dynamique mais aussi leurs pièges possibles, le présent rapport démontre que s'il est important de favoriser la bonne gouvernance, nous devrions revoir notre manière de juger de la qualité des institutions d'un pays.© L’Observateur de l’OCDE, N°245, Novembre 2004


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,1% ; imp -1,3% T4 2019
Inflation annuelle 2,3% janvier 2020
Chômage 5,1% janvier 2020
Mise à jour: 11 mars 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019