Éducation et intégrité : Les jeunes au secours de la justice sociale… et de la planète

L'Observateur de l'OCDE

©Integrity Action, www.integrityaction.org

En 1954, Linda Brown n’avait que neuf ans quand elle s’est élevée contre la ségrégation scolaire dont elle était victime dans l’Arkansas. La cour suprême lui donna raison : cette ségrégation (qui interdisait à des écoliers noirs de s’inscrire dans des écoles « blanches ») était contraire à la Constitution. Linda Brown nous a légué ce que d’aucuns décrivent comme la « décision de la Cour suprême la plus importante du XXe siècle ». Elle nous a aussi montré qu’une petite fille pouvait contribuer à changer le monde.

La justice est un pilier de toute démocratie. En 2018, des jeunes filles palestiniennes reprennent le flambeau à Arraba : elles demandent plus de justice sociale. Elles ont audité un projet de construction de piscine (destinée aux hommes) et gagné le Social Audit Prize. Elles ont pointé les manquements—le constructeur n’avait pas utilisé les matériaux adéquats et le maître-nageur n’en était pas un. Elles ont épinglé l’esprit du projet et fait valoir que les femmes, qui représentent plus de la moitié de la population de cette ville, devaient avoir accès à la piscine municipale (conception, organisation).

Là aussi, des membres d’une communauté qui n’étaient pas pris en compte ont su identifier des problèmes et proposer des solutions—pour plus de justice sociale. Ces jeunes femmes ont agi comme des citoyennes actives et pris confiance en leur voix. Dans ce type de projets lancés par Integrity Action, une vingtaine d’enfants ont résolu pas moins de 900 problèmes.

Pour notre avenir à tous, la capacité des nouvelles générations à résoudre les problèmes de manière créative sera essentielle. Essentielle pour construire la planète intégrité que l’OCDE appelle de ses vœux. Si nous éduquons mal les jeunes à l’intégrité, le défi ne sera pas relevé. Et les objectifs du développement durable, dans lesquels l’intégrité joue un rôle fondamental, ne le seront pas non plus.

Cette éducation ne coule pas de source, comme en témoignent trop d’exemples. Fredrik Galtung, d’Integrity Action conte, effaré, la négation pure et simple à laquelle il a parfois dû faire face—en de hauts lieux académiques. « Non merci, nous n’avons pas besoin de sensibiliser les jeunes à la notion d’intégrité. Nous enseignons les choses comme elles doivent être. » Le monde serait donc comme il doit être, simplement.

D’autres exemples partent d’excellentes intentions mais s’avèrent totalement contre-productifs. Quand un livre pour enfants sur la corruption décrit ce qu’est la corruption et pourquoi elle est néfaste, les choses semblent bien parties. Mais au chapitre « que faire ? », le message se brouille : rien—ou presque—que les enfants puissent faire. Le message qu’ils perçoivent est le suivant : cela nous échappe, ces problèmes ne nous concernent pas.

Comme le souligne Fredrik Galtung d’Integrity Action, pour changer les choses, il faut activer la notion d’intégrité chez les jeunes à trois niveaux : par la pensée, l’émotion et l’attitude. Le chemin qui mène de la prise de conscience à l’action suit ces trois jalons. C’est une approche de la résolution de problèmes qui s’appuie sur l’expérience. Mais la tentation est grande pour les équipes éducatives de s’arrêter à quelques recommandations sommaires pour passer à autre chose. Pourtant, ces simples recommandations ne laissent pas la même empreinte dans l’esprit des jeunes gens qu’une action réelle. Cette dernière leur montre qu’ils peuvent agir sur le monde, le changer.

Sigall Horovitz—du bureau des Nations Unies contre les drogues et le crime—l’explique : nous travaillons normalement avec des décideurs sur le respect des lois. Mais cela ne suffit pas pour promouvoir le changement. C’est par l’éducation que passeront les vraies transformations. Il faut s’adresser aux enfants dans un langage qui leur parle, donner les bons outils aux éducateurs.

Robtel Neajai Pailey en sait quelque chose. Cette dynamique jeune femme a écrit Gbagba, un livre qui sensibilise les enfants au problème de la corruption. Dans une des 15 langues du Libéria, Gbagba désigne « quelque chose de très mal ». L’auteur y parle de la corruption dans un style vif et expressif qui fait réagir les enfants. Mentir, tricher, voler—des thèmes qui seront ensuite revisités et approfondis sous forme de pièces de théâtre, chants, débats, émissions de radio, vidéos et mille autres adaptations multimédia.

Il faudra au moins cela pour parcourir tout le chemin qui mène de la corruption à l’intégrité. Simon Jenkins—expert dans le domaine de l’intégrité et de la lutte anti-corruption—ne l’oublie pas. Dans nos sociétés complexes, on doit agir de façon intègre envers tous. Les problèmes qui se posent sur cette planète sont mondiaux. Les déchets plastiques qui viennent s’amonceler sur les plages des îles Salomon le démontrent : l’intégrité est tellement plus vaste que la corruption. Pas de développement sans intégrité.

« La planète terre est un bel objet fragile qui abrite un mélange de formes de vie certainement rares, sinon uniques, dans tout l'univers, et la préservation de son intégrité est maintenant le privilège de la responsabilité de l'humanité. » (Ervin László) L’intégrité des hommes pour sauver celle de notre planète. Ervin László y a consacré un livre : Vous pouvez changer le monde.

Pour accompagner ce mouvement, l’OCDE propose (entre autres) un outil très concret pour les équipes éducatives. Education for Integrity: Teaching on Anti-Corruption, Values and the Rule of Law. Ou comment nos jeunes citoyens peuvent apprendre à résister à la corruption. Et promouvoir l’intégrité. Dès maintenant.

Liens et références

Forum mondial 2018 de l’OCDE sur l’intégrité et la lutte anti-corruption 

Munro, C. (2018), Education for integrity: Our youth, our future, http://etico.iiep.unesco.org/en/education-integrity-our-youth-our-future

OECD Education 2030

OECD (2018), Education for Integrity : Teaching on Anti-Corruption, Values and the Rule of Law, OECD, Paris, https://www.oecd.org/governance/ethics/education-for-integrity-web.pdf

OECD (2017), PISA 2015 Results (Volume V): Collaborative Problem Solving, PISA, OECD Publishing, Paris, http://dx.doi.org/10.1787/9789264285521-en.

©L’Observateur de l’OCDE, juillet 2018




NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2018